Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

SONDAGE. Hollande atteint 40% de popularité, un bond historique

[Info juste 7J/7 GL9News.com - Lundi 19 Janvier 2015 - 4 Commentaires| Lu 810 fois |

Grâce à la bonne gestion de l'exécutif pendant les attentats, la popularité du chef de l'Etat grimpe de 21 points. Manuel Valls gagne 17 points et atteint 61% de popularité.



François Hollande enregistre un bond de popularité historique de 21 points dans le baromètre Ifop-Fiducial pour "Paris-Match" et Sud Radio publié lundi 19 janvier, ce qui le hisse à 40%.

Une hausse qu'il doit à sa bonne gestion des attentats, largement saluée dans l'opinion et par des responsables politiques de tous bords.

A la question "approuvez-vous ou désapprouvez-vous l'action de François Hollande comme président de la République ?", 40% des personnes interrogées répondent positivement, contre 19% en décembre 2014. Le nombre de ceux qui désapprouvent baisse d'autant à 59% (-21 points).

La popularité de Valls décolle aussi

Jamais auparavant une progression aussi forte n'avait été relevée par l'Ifop, doyen des instituts français de sondage, indique Frédéric Dabi, qui dirige son département opinion.

C'est un phénomène rarissime dans l'histoire des baromètres d'opinion", ajoute l'expert.

"La seule comparaison possible dans l’histoire des enquêtes sur l’exécutif est la remontée de 19 points accomplie par François Mitterrand dans une enquête Ifop-"JDD" entre janvier et mars 1991 au moment de la guerre du Golf", rappelle d'ailleurs "Paris-Match".

Ce rebond bénéficie aussi à Manuel Valls (+17 points), ce qui le place à 61% de popularité, score supérieur à celui de son entrée à Matignon.

Sondage réalisé les 16 et 17 janvier par téléphone auprès d'un échantillon de 1003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Lundi 19 Janvier 2015
GL9News.com
Vu (s) 810 fois
Notez




1.Posté par Molière le 19/01/2015 09:58 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hollande sera réélu!

2.Posté par le pauvre du gabon le 19/01/2015 12:30 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai demande aux francais d'accorder une chance a hollande car c'est un bon president seulement il est venu trouve la france de situations compliquées! Malgre cette circonstance reelle, il se bat comme un vaillant soldat au front avec détermination.

3.Posté par Vole de 3 000 milliards de francs cfa du gabon par PETROLIN le 19/01/2015 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La société Pétrolin de Samuel Dossou vendait le pétrole gabonais pendant 30 ans, on estime un montant de 3000 millirads de francs cfa détourné, soit 300 milliards par an. ALI BONGO a étouffé l'affaire car son beau frère Samuel Dossou avait gagné un marché de 700 milliards pour la construction du chemin de fer niamey-cotonou en 2011.

Voici le résultat partiel de l'audit Pétrolier :


Les conclusions de l’audit pétrolier de 2011, sont rangées au fond d’un tiroir… !

Ali Bongo Ondimba vient de battre en retraite, de manière pitoyable, face aux recommandations issues de l’audit du secteur pétrolier qu’il a, lui-même, commandité en 2011, lors du conseil des ministres délocalisé de Makokou, officiellement, pour restructurer le secteur et y mettre de l’ordre.
Pour la réalisation de cet audit, l’homme avait jeté son dévolu sur le cabinet de renommée internationale, Alex Stewart International (ASI).
Cependant, pour protéger ses arrières, surtout que le pétrole est resté une chasse gardée de la famille Bongo Ondimba et de quelques alliés, Ali Bongo va poser un obstacle de taille sur la route d’Asi. Il va imposer à l’auditeur de placer au poste de directeur général, un émergent, à la tête du cabinet à Libreville. C’était la condition sine qua non.
Dans le cas contraire, ce marché de plusieurs milliards ne se fait pas avec eux. La manœuvre paie. Pour le chef de l’Etat, la présence de cet émergent bon teint permettra au régent de la République, Maixent Accrombessi, de tout contrôler depuis le palais. Ce qui a permis au duo Ali Bongo Ondimba Maixent Accrombessi, de disposer d’un formidable moyen de poser des actes hostiles à leurs adversaires, et de censurer, dans le même temps, tout ce qui pouvait les gêner.
La mission qui avait été assignée à Asi, avec un caractère transversal, portait sur les aspects techniques, juridiques, fiscaux, comptables et financiers.
Ainsi, toutes les compagnies pétrolières installées sur le territoire gabonais et le ministère du Pétrole ont été audités de juillet 2011 à juillet 2013. Soit deux ans d’audit. Ce cabinet réputé pour sa rigueur et son sérieux s’attèlera à la réalisation de sa mission dans la transparence et exigera à son employeur de ne pas mêler la politique à son travail. Cause, semble-t-il, que le cabinet a perdue. Malgré cet inconvénient, l’auditeur va s’atteler à sa tâche.

Ainsi, l’audit technique a mis à nu certaines pratiques instaurées par les compagnies pétrolières pour fausser les données réelles des volumes de brut exportées.
Le rapport élaboré à cet effet est clair.
On peut lire «(…) sur plusieurs enlèvements, les anomalies étaient observées avec les compteurs fiscaux : manque de facteurs de correction utilisées et densité de brut.
Aussi, les chiffres inscrits dans le système de mesure informatisé ne reflètent pas ceux réellement observés (…) ». Ce genre de pratiques peut être à l’origine des écarts importants en volume.
En considérant tous les enlèvements dans les terminaux pétroliers gabonais, l’on imagine la saignée pour les caisses de l’Etat gabonais.
Naturellement, Ali Bongo Ondimba n’en a tiré aucune conséquence. Le système décrié étant toujours en place avec les mêmes hommes.

L’audit fiscal s’est focalisé sur les taux d’imposition, les modes de payement, la traçabilité de l’argent venant des compagnies pétrolières.
Là encore, des incohérences ont été relevées à tous les niveaux, mais aucun responsable de la direction générale des impôts n’a été inquiété. Certains se sont mêmes moqués de l’initiative d’Asi. Le seul coupable sur lequel l’Etat a voulu demander des comptes est Total-Gabon.
Aujourd’hui, le redressement fiscal adressé à cette entreprise demeure impayé.

Sur le plan juridique, l’audit montrera « la vétusté des textes et des contrats qui relient l’Etat Gabonais et les compagnies pétrolières dans le cadre par exemple des CEPP (Contrats d’Exploration et de Partage de Production), qui n’ont jamais été revus depuis les années 1980.
Aucun contrat existant ne comporte de clause indiquant que les droits de l’Etat varient selon le prix du brut ».
Quant à l’audit comptable, financier, qui a porté sur les coûts pétroliers, la plus value pétrolière, bilan financier et comptable, elle a révélé que « le Gabon possède un coût de production par baril très élevé, comparativement aux pays producteurs de l’or noir qui l’entoure ».
Sur les plus-values pétrolières que l’Etat Gabonais a enregistrées, les auditeurs indiquent que « ces milliards que l’Etat gabonais recevait, via le Trésor gabonais, en surplus des prévisions budgétaires, dont certaines années ont vu ses montants fluctué de manière exponentielle jusqu'à atteindre les 800 milliards et plus, n’a pas contribué à renflouer les caisses de l’Etat Gabonais, et donc à participer au développement souhaité par les plus hautes autorités ». Où sont passés ces milliards ? Pourquoi Ali Bongo Ondimba, qui avait à cœur de connaître les tenants et les aboutissants de la gestion de la manne pétrolière, n’a-t-il pas permis que l’auditeur interroge les personnalités qui avaient accès à la gestion de cette masse financière ?
Il s’agit, entre autres, des ministres des Finances, du Pétrole et des directeurs généraux du Budget et du Trésor de la période auditée. La réponse à la seconde question est simple : les déclarations des intéressés, tel un boomerang, devait accabler la famille Bongo.
Enfin, l’audit a constaté que la vente de la part du brut qui revient à l’Etat gabonais (25%), n’était pas réalisée par la direction générale chargée de la commercialisation pétrolière du ministère des Mines, de l’Energie et des Ressources hydrauliques, mais par la société privée Petrolin, négoce pétrolier dirigée par Samuel Dossou.
La pratique de cette entreprise a été qualifiée de système opaque. Car, affirment les auditeurs, l’Etat gabonais était le grand perdant. Naturellement, Asi n’a jamais entendu Samuel Dossou à ce sujet et ce n’est pas faute de l’avoir sollicité.
Dans son rapport, l’auditeur indique ne pas être « parvenu au moment de cette rédaction à se procurer les contrats qui régissent, depuis longtemps, la vente de brut gabonais par Petrolin, ni celui stipulant les obligations de ce dernier quant aux copies des données sismiques qu’il possède à Genève ».
Pourquoi Samuel Dossou n’a jamais été entendu par Asi ? Pourquoi ce refus systématique de coopérer ou d’accepter l’audit commis par l’Etat ? Seul Ali Bongo Ondimba détient les réponses à ces questions puisqu’il a accepté qu’il en soit ainsi en ne réagissant pas.
En définitive, l’audit pétrolier, n’a servi à rien. Les travers et autres manquements relevés n’ont jamais été corrigés, selon nos sources. Ali Bongo Ondimba et sa famille, compromis en premier dans ce dossier, ne pouvaient pas se faire hara-kiri.

4.Posté par Bintang le 19/01/2015 16:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le malheur des uns et le bonheur des autres.

Nouveau commentaire :
Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Interpellation | France Archive











Comment gagner de l'argent sur internet ? Clé en main !

GL9News.com - 05/11/2018 - 0 Commentaire| Lu 450 fois |

Appareil anti ronflement Clip Air, l'espoir pour ceux qui souffrent de ronflements !

GL9News.com - 31/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 1921 fois |

FitMotivaction Ceinture de Sudation Abdominale en Néoprène

GL9News.com - 28/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 1662 fois |

Minceur Ceinture Vibrante,Brûler les Graisses,Perte Poids Massage

GL9News.com - 27/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 1632 fois |

Climatiseur Portable - Ventilateur USB Multifonction

GL9News.com - 13/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 2211 fois |

5 Astuces pour gagner de l'argent avec les paris sportifs !

GL9News.com - 29/04/2018 - 0 Commentaire| Lu 4058 fois |

Présentation du produit : AbdoForte

GL9News.com - 26/04/2018 - 0 Commentaire| Lu 3788 fois |