Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand on est “un étranger sur cette terre”...

[Info juste 7J/7 GL9News.com - Dimanche 11 Août 2013 - 0 Commentaire| Lu 383 fois |



Quand on est “un étranger sur cette terre”...
19e dimanche ordinaire/C: Sg 18, 6-9; He 11, 1-2, 8-19 et Lc 12, 32-48

Les talents (capacité de faire telle ou telle chose dans la société ou dans l’Église), l’intelligence, l’argent, les richesses de notre cœur et de notre esprit: tout cela nous est donné ou confié par Dieu. C’est dire que nous ne sommes propriétaires de rien mais de simples intendants ou gérants. Si nous sommes appelés à gérer des choses qui n’appartiennent qu’à Dieu, nous n’avons donc aucune raison de nous enorgueillir de ceci ou de cela. C’est le premier enseignement que je tire de l’évangile de ce dimanche.

Deuxième idée: Dieu nous a confié des biens mais dans quel but? Ce n’est pas pour que nous puissions en jouir tout seuls. Nous devons aussi nous employer à les mettre au service de ceux et celles qui sont dans le besoin.
Troisième idée: Un des dangers qui nous guettent tous, c’est de nous laisser posséder petit à petit par les biens de la terre (alors que nous sommes censés les dominer) et d’oublier le bien le plus important et le plus précieux: la vie avec Dieu ou la vie éternelle. Car notre patrie ne se trouve pas ici-bas mais auprès de Dieu.

La lettre aux Hébreux nous le rappelle quand elle dit que nous sommes “des étrangers et des voyageurs infatigables sur cette terre en quête d’une patrie meilleure, celle des cieux”. Ne pas se désintéresser du monde, participer à sa transformation, s’engager pour le rendre plus juste et plus humain, ne devrait jamais empêcher le chrétien de tendre vers ce que saint Paul appelle “les réalités d’en haut” et d’attendre le Christ qui viendra à l’improviste comme un voleur.

Quand on est “un étranger sur cette terre”, quand on attend le maître qui peut débarquer à tout moment, on n’a guère le temps d’accumuler des choses périssables et de s’installer. Abraham l’avait compris, qui quitta la terre de ses ancêtres pour un pays inconnu dès que Dieu lui demanda de partir. Abraham le fit parce qu’il croyait que Dieu tiendrait ses promesses et qu’Il est toujours à nos côtés, même si le mal (injustice, mensonge, violence, etc.) semble triompher autour de nous. Sara, qui était stérile, crut en la promesse d’une descendance promise par Dieu. Celui-ci lui fera grâce d’une nombreuse descendance à travers Isaac.

Cette foi, reconnaissons toutefois qu’on ne l’a pas une fois pour toutes et que, selon les moments, elle peut être forte ou faible. La souffrance, l’échec, la maladie, la persécution ou la mort d’un proche peut effectivement nous faire douter de l’existence et de la bonté de Dieu. Il existe ainsi une “nuit de la foi”. Mais, sans comprendre ce qui nous arrive à ce moment-là, sans savoir où nous allons, nous devons suivre le berger qui guide nos vies, Lui faire confiance, continuer à compter sur Lui car, soutient l’apôtre Paul, “l’espérance ne trompe pas” (Rm 5, 5).

Je voudrais clore cette méditation en reprenant une prière de Michel Hubaut: “Seigneur, arrache-nous à l’assoupissement et à l’éparpillement, rends-nous disponibles au murmure de ton Esprit qui sans cesse nous redit : Où l’amour n’est-il pas aimé ? Où la vie est-elle piétinée ? Où l’être humain est-il méprisé ? Où l’espérance est-elle menacée ? Où le règne de Dieu n’est-il pas encore manifesté ? ”

Jean-Claude DJEREKE

Dimanche 11 Août 2013
GL9News.com
Vu (s) 383 fois
Notez



Parole de Dieu | Louange | Témoignage | Nécrologie | Réligion