Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Présidentielle 2016 : «Ali Bongo n’est pas un président légitime», dixit Jo Leinen

l'info réelle 7J/7 - GL9News.com le Mercredi 14 Décembre 2016 à 08:15 | Lu 4213 fois

Le député européen promet de lancer des démarches pour que des sanctions soient prises par la Commission de l’Union européenne et ses 28 Etats membres, contre Ali Bongo Ondimba et certaines personnalités du pouvoir.



Après Libreville, Bruxelles s’apprête à recevoir le rapport final de la mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE-UE). Ce document de 66 pages qui accable sans concession l’ensemble des institutions et acteurs ayant pris part à l’organisation de l’élection présidentielle du 27 août dernier, sera examiné par le Conseil de l’Union européenne et ses 28 États membres, pour que l’article 96 de l’accord de Cotonou, signé en 2000, encadrant les relations entre l’Union et 79 pays des Caraïbes, du Pacifique et d’Afrique, dont le Gabon, soit déclenché.

En effet, dans cet accord, l’UE et les pays ACP reconnaissent que les droits de l’homme, les principes démocratiques et l’État de droit sont des composantes essentielles de leur partenariat et des piliers fondamentaux d’un développement à long terme. Ils s’engagent aussi à protéger et promouvoir ces valeurs, en particulier via un dialogue politique. Ils ont par ailleurs établi une procédure pouvant être utilisée lorsque l’une des parties ne respecte pas les principes fondamentaux précités. Le député européen Jo Leinen compte bien essayer de pousser l’UE à aller dans ce sens.

«J’ai toujours dit que la manipulation était claire, qu’Ali Bongo n’est pas un président légitime, et que c’est inacceptable qu’on ne fasse rien. Nous allons demander à l’UE de déclencher l’article 96 de l’accord de Cotonou (…). Si le débat n’arrive à rien, on doit procéder à des sanctions (…)», a déclaré Jo Leinen sur les ondes de Radio France internationale. Assurant que l’UE ne souhaite pas toucher aux projets pour le développement du pays qui affectent les citoyens, car elle ne donne pas tellement d’argent au Gabon. Mais pour ceux qui ont manipulé les résultats des élections autour du président, il y a des possibilités. «Comme des restrictions pour leurs voyages au sein de l’UE. Ils ont aussi pas mal de richesses dans des pays de l’UE».

Résolu à faire triompher les résultats des urnes issus du scrutin présidentiel d’août dernier, Jo Leinen entend accélérer ses démarches pour que le sujet des sanctions soit sur la table à Nairobi dès 19 décembre 2016, pour la prochaine assemblée parlementaire entre l’UE et les pays ACP. «Ce sera intéressant de voir la réaction des partenaires africains devant notre projet de résolution et voir quel soutien il reçoit », a-t-il confié.

gabonreview

Mercredi 14 Décembre 2016
GL9News.com
Vu (s) 4213 fois
Notez



News Europe | Union Européenne | Royaume Uni | Allemagne | Italie | Belgique