Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Macron pris à partie par une infirmière : "Moi je ne vous serrerai pas la main…"

[Info juste 7J/7 GL9News.com - Vendredi 6 Avril 2018 - 0 Commentaire| Lu 861 fois |

Le ton est monté entre une infirmière dénonçant un manque de moyens et le président lors de sa visite au CHU de Rouen.



Pris à partie ce jeudi 5 avril par des infirmières lors de sa visite au CHU de Rouen, Emmanuel Macron a vécu un échange particulièrement houleux avec l'une d'entre elles.
La scène a été filmé par des journalistes : 

"Venez voir dans les services" 

"On a besoin de moyens. Vous avez vu, on travaille bien, on fait de belles choses et on a besoin d’argent. Et il faut mettre des moyens dans les budgets", commence l'infirmière qui interpelle le président. 
Le président lui répond alors en évoquant le déficit public de la France :

"Ce sont vos enfants qui le paient quand ce n’est pas vous."

Ce à quoi, l'infirmière répond, un peu agacée :

"Le déficit public, c’est beaucoup les banques pour l’instant, ce n’est pas tant les hôpitaux ni les cheminots".

"Mais non, ce n’est pas vrai, c’est nous. Pardon de vous dire, ce n’est pas les banques, vous dites des bêtises", lâche le chef de l'Etat, avant de poursuivre : 

"Nous aujourd’hui, nous vivons à crédit, ça fait des décennies que ça dure et donc si nous faisons rien ce sera nos enfants et eux n’auront pas le choix de savoir s’il faut arrêter ou pas la T2A [la tarification à l'activité NDLR], eux n’auront plus le même hôpital".

Pour une autre infirmière, à côté, l'hôpital n'est déjà "plus le même" aujourd'hui. Les deux craignent des suppressions de postes. Avec un air de défi, la deuxième lance à Macron :

"Venez voir dans les activités de services [...] Venez voir en salle de naissance, c’est dommage de ne pas venir dans les services."

"Moi, je ne vous serrerais pas la main"

Le ton monte des deux côtés, toujours l'air très calme mais l'agacement montant, le président tacle l'infirmière qui l'interpellait au début, tout en marchant dans la direction opposée : 

"Là vous parlez, je vous écoute,  j’ai la courtoisie, alors que vous ne m’avez pas serré la main, de vous répondre et de parler avec vous…"

L'infirmière le coupe net :

"Moi je ne vous serrerais pas la main, pour moi vous êtes…"

Sans la laisser finir, il enchaîne :

"Je dis simplement que ayez la courtoisie, pour les familles et les soignants d’autisme, de laisser parler d’autres gens."

L'infirmière aura finalement le dernier mot : 

"Je suis là tous les jours à 5 heures du matin, moi, pour ces gens-là, moi."


"C'est une honte !"

Un ras-le-bol qui semble plutôt partagé par une majorité de la profession. Face caméra, deux autres infirmières du centre hospitalier du Rouvray ont exprimé leur malaise face aux manques de moyens :

 
"On accueille des patients sur des lits de camps, pendant des heures et des heures [...] on mélange les personnes de 14 ans à 90 ans. C'est une honte ! On est quasiment en 2020 et on travaille dans des conditions de travail pas possible."

Face à ces réclamations, Emmanuel Macron a promis de prochaines "décisions très importantes", qu'il annoncera "d'ici l'été", pour améliorer la situation dans les hôpitaux. Après une visite consacré au dépistage précoce de l'autisme, il a lancé aux journalistes : 

"Nous déciderons des investissements nécessaires mais cela impose aussi de se réorganiser." 


Vendredi 6 Avril 2018
GL9News.com
Vu (s) 861 fois
Notez




Dans la même rubrique :
< >

France Politique | France Economie | France - Diaspora | France Société | France - Scandale | France - Syndicats / Grève | France - Faits Divers | France - Entreprendre | France - Sport | France - Affaire à Suivre | France - Transport | France - Médias | France Interview