Connectez-vous S'inscrire
News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

La propagande nazi de Moubamba et compagnie et Interview au journal Le Temps: Ma part de vérité:

l'info réelle 7J/7 - Andre Bouassa pour Le president Moukagni Iwangou le Mercredi 13 Août 2014 à 06:35 | Lu 5331 fois

A deux ans de l’élection présidentielle, le contrôle de l’électorat du sud du Gabon devient un enjeu majeur, vu que celui du nord est totalement en ordre de bataille pour réaliser l’alternance. Sans faire injure aux autres formations politiques, l’UPG reste le cadre naturel qui fédère le plus largement les peuples du sud. L’arrivée de Moukagni-Iwangou, le véritable héritier politique de Pierre Mamboundou à la tête de l’UPG sonne la renaissance de ce parti, et surtout, le retour aux fondamentaux de la lutte pure et dure.



Chers tous,
De toute évidence, Monsieur MOUBAMBA le chantre du Parti de la Famille, a choisi de me combattre sur la base de l’orientation expérimentée pour la propagande nazie, qui a éprouvé le fait, qu’à force d’asséner des mensonges, ils deviennent des vérités.

Moukagni-Iwangou n'a jamais été membre de l'UPG?

Mais que faisait-il à chaque réunion du conseil exécutif de l'UPG?

C'est de la propagande Nazi servie au plat du PDG par ses marionnettes .
Avec le zèle du nouveau converti, Monsieur MOUBAMBA s’acharne à se présenter comme une alternative au sein de l’UPG, qu’il a rejoint après le décès de Pierre MAMBOUNDOU, qu’il avait copieusement insulté sur la place publique.

Je me réserve, en temps utile, de diffuser tous les supports en ma possession, qui montrent tout ce que l’opportunisme peut avoir d’indécent.
Je me réserve, en temps utile, de démontrer sur la place publique, en quoi MBOUMBA NZIENGUI ne peut être une alternative au sein de l’UPG, qu’il a fait reculer sur le terrain.

N’ayant pour tout ressort que la caution du Pouvoir en place, qui le promène en épouvantail avec l’espoir malheureusement de contrôler l’UPG, et surtout l’électorat du sud du Gabon, je démontrerai sur le menu, pourquoi mon grand frère Mathieu MBOUMBA NZIENGUI est une loque politique.
J’expliquerai à l’opinion nationale, l’approche stratégique arrêtée il y a 25 ans, qui explique pourquoi les statuts de l’UPG, que j’ai écrit , ne comportaient pas de poste de Président jusqu’à la réforme adoptée par le congrès en 2014.

Au nom de la même réalité, j’indiquerais pourquoi MOUKAGNI-IWANGOU, et bien d’autres cadres dont il fallait préserver les carrières pour garantir la contribution qualitative à la réflexion du Parti, n’ont pas de carte de membre.

Au nom de la réalité, à laquelle j’ai activement participé, je vais démontrer en quoi je suis le véritable héritier politique de Pierre MAMBOUNDOU, que j’ai accompagné pied à pied, dans sa marche obstinée pour l’enracinement de la démocratie véritable au Gabon, pendant que MBOUMBA NZIENGUI était aux abonnés absents quand il n’animait pas simplement le front familial contre notre leader.
Pour que le silence que je me suis imposé jusqu’à ce jour, n’accrédite pas le mensonge asséné régulièrement par MOUBAMBA, je vais désormais parler, et croyez-moi, je connais bien des choses.
Je vais parler, déjà pour démonter, pied à pied, l’argumentation spécieuse de Monsieur Fulgence ONGAMA, le juge des référés. Et je sais de quoi je parle.

Je vais parler, ensuite pour dévoiler sur le détail, l’objectif qui se cache derrière toute la campagne de diabolisation orchestrée contre ma personne dans le dossier de la FEGAFOOT, aujourd’hui bloqué par l’effet conjugué, d’une part de la défection de NDOUMBOU qui n’a pas plus d’argument à produire aux débats et qui oppose désormais le silence aux convocations du juge, d’autre part de la posture de ce juge, SANKY William, commis par sa hiérarchie pour faire la lumière, mais qui hésite à conclure par un non-lieu cinglant, un dossier ouvert pour me crucifier par la voie judiciaire mais qui est en passe de m’offrir des arguments pour rebondir.

Je vais parler pour montrer le véritable objet recherché par toute cette agitation.
Je vais parler, pour refuser le divertissement et inviter les gabonais vers le vrai débat que l’on veut occulter par ce divertissement, le débat l’alternance.

http://moukagni-iwangou.blogspot.be/2014/08/la-propagande-nazi-de-moubamba-et.html

MOUKAGNI-IWANGOU

Interview au journal Le Temps: Ma part de vérité:

Le Temps: Ainsi donc, vous ne pourriez plus vous exprimer au nom de l’UPG, à la suite d’une décision du tribunal de première instance de Libreville ?

La liberté guidant le peuple
C’est l’objectif recherché mais que l’on obtiendra difficilement. J’aime toujours à rappeler que la légitimité du peuple reste le fondement du pouvoir. De tout pouvoir.
Au-delà de l’image que l’on veut présenter de ma personne devant l’opinion, je n’ai jamais fait de l’affichage mon crédo, étant un homme discret par nature.
J’ai toujours été un homme d’appareil, au point que d’aucun ont l’impression que je tombe dans ce marigot comme un cheveu dans une soupe.

La réalité est que depuis 25 ans, c’est-à-dire exactement l’âge de l’UPG, je suis derrière toutes les procédures stratégiques du Parti. Je dis bien toutes les procédures stratégiques. C’est pourquoi le peuple de l’UPG s’est systématiquement tourné vers ma personne pour succéder à Pierre Mamboundou, notre Maître, ce héros national.

Le véritable problème de cette décision, totalement surréaliste, c’est qu’elle est un défi lancé aux populations qui m’ont porté à la tête du parti, qu’il faudra affronter.
La liberté d’opinion étant un droit naturel, il faudra mettre un policier, un gendarme, un huissier de justice derrière chaque militant. C’est à la fois ridicule et impossible.
Lorsque les procédures officielles s’inscrivent contre la réalité sociale, il y a une rupture du corps social.
C’est le plus grand message qu’il est désormais urgent d’entendre pour sauver le Gabon.

Le Temps: Le tribunal a-t-il pris cette décision en toute impartialité, c’est-à-dire sans arrière plan politique ?

Ce n’est pas le tribunal qui a tranché, c’est un juge qui s’est arrogé les prérogatives d’un tribunal, en l’occurrence le juge des référés.
A elle seule, cette précipitation montre bien que le droit n’était que le prétexte pour donner des allures de légalité à un règlement de compte politique.

A deux ans de l’élection présidentielle, le contrôle de l’électorat du sud du Gabon devient un enjeu majeur, vu que celui du nord est totalement en ordre de bataille pour réaliser l’alternance. Sans faire injure aux autres formations politiques, l’UPG reste le cadre naturel qui fédère le plus largement les peuples du sud. L’arrivée de Moukagni-Iwangou, le véritable héritier politique de Pierre Mamboundou à la tête de l’UPG sonne la renaissance de ce parti, et surtout, le retour aux fondamentaux de la lutte pure et dure.

Après les tribulations à la FEGAFOOT et la tentative d’assassinat par empoisonnement, qui ont suffisamment alerté l’opinion, le recours à la voie judiciaire offre l’avantage de régler proprement mon sort à bon compte.

Au plan personnel, le conseil de discipline m’a déchu de la qualité de juge et m’a privé de toute ressource, avec pour seule perspective, l’entrée certaine dans le rebus de la précarité. Voilà comment le système de l’émergence lutte contre la pauvreté.

Au plan politique, on me retire toute tribune. Mais comme le sphinx, je vais renaitre de mes cendres, parce que la justice qui est d’abord une valeur immanente rétablit toujours les justes.
Puisque tout le monde a compris que Mathieu Mboumba Nziengui n’est qu’un simple épouvantail qui cache mal la main qui l’agite, tous les excès utilisés contre moi par le pouvoir en place est la plus belle publicité qu’il m’assure auprès des populations, et surtout, le meilleur levain pour faire monter et radicaliser le peuple.

Le Temps: Dans une interview accordée à notre consœur l’Union, le Premier Ministre, Daniel Ona Ondo, parle pourtant » d’Etat de droit » et de « renforcement de l’indépendance de la justice », qu’en pensez-vous en tant qu’homme de droit et en même temps homme politique devenu ?

L’Etat de droit ne se déclame pas comme d’un poème, il s’éprouve dans la pratique quotidienne.
Lorsque l’accès dans les média de service public n’est pas équitablement garanti à tous les partis politiques, il n’y a pas d’Etat de droit.

Quand le Parti Démocratique Gabonais passe en boucle et bénéficie de la couverture en direct sur la première chaine nationale de télévision, pour chacun de ses évènements, et que ce privilège ne bénéficie à aucun Parti politique de l’opposition, ce sont les faits qui démentent Monsieur le Premier Ministre.
Pour ce qui est de l’indépendance de la justice, la réponse à apporter à monsieur le Premier ministre est d’ordre systémique. Cette réponse a opposé les pères fondateurs, partagés en sur la configuration à donner à nos institutions, entre le régime présidentiel défendu par Léon Mba et le régime parlementaire préféré par Ngondjout.

En héritant à bon du système présidentiel inspiré de la cinquième république française, le Gabon a pris l’option d’un système institutionnel déséquilibré, qui confère un ascendant réel de l’exécutif sur les deux autres pouvoirs.

Ne pouvant continuer à perpétuer une pratique relevant du pouvoir monarchique, décapité depuis 1789, la France elle-même vient de rompre avec ce système qui fait de la main du roi la main de justice qui contrôle tous les magistrats, et qui décide véritablement du sort de tout procès. C’est le système encore en vigueur au Gabon.

En disposant du pouvoir de nomination et de promotion des juges, le chef de l’Exécutif contrôle totalement le Pouvoir judiciaire tout entier, autrement dit, de la Cour Constitutionnel au tribunal de première instance. Par le fait de ce mécanisme, il tombe sous le sens que c’est au péril de sa carrière qu’un magistrat statue en toute indépendance dans tout procès impliquant les intérêts du pouvoir en place au Gabon.

Ayant bien compris la manœuvre, certains magistrats s’érigent simplement en fou du Roi, et en retour, ils récoltent la juste récompense de leur zèle.

C’est malheureusement sur ce terrain que s’explique la décision du juge des référés.
Ayant pour toute mission que de prescrire dans l’urgence des mesures conservatoires qui ne touchent pas le fond d’un litige, parce que cette prérogative relève de la compétence du tribunal statuant en formation collégiale, monsieur Fulgence Ongama s’est permis de prononcer l’annulation d’un congrès, mesure qui relève de manière évidente d’un débat fondamental dans la vie d’un parti politique.

Il a pris une mesure si grave sur des arguments contestables, y compris soutenus verbalement par la partie adverse, en refusant un débat contradictoire qui l’aurait utilement éclairé sur le fait, qu’il appartenait aux parties d’aller en débattre en toute clarté devant la juridiction compétente qui en a l’habilitation.

C’est une grande première dans les annales judiciaires, qui n’a pas de précédent et qui ne fera pas jurisprudence.
Mais il y a pire. Notre pays doit comprendre que par les autoroutes de l’information, le Gabon observe le monde, et en retour, le monde observe le Gabon.

Lorsqu’en croyant détruire Moukagni-Iwangou, parce que tout le monde a vite compris que c’est l’objectif recherché, un juge des référés fausse délibérément les règles primaires d’une procédure de pratique commune à tous les pays de tradition juridique romano germanique, il lance le plus mauvais message à la communauté internationale, en démontrant certainement sans le savoir, que le Gabon est le champ clos de l’insécurité judiciaire. Et ce message est le plus cinglant démenti de l’attractivité de l’environnement des affaires d’un pays.

Voilà comment, un Etat qui n’a pas de perspective réelle et des hommes rompus à la tâche, se disqualifie de lui-même devant les grands enjeux du monde.

Le Temps: Dans le cas où votre appel ne prospère pas, qu’entendez-vous faire ?

Je ne pense pas que les vacheries puissent faire boomerang. En tout cas, au-dessus de la Cour d’appel il y a la Cour de cassation, et je ne doute pas que sur la chaine, il se trouvera un juge lucide pour arrêter ce cirque.

http://moukagni-iwangou.blogspot.be/2014/08/interview-au-journal-le-temps-ma-part.html

Mercredi 13 Août 2014
Andre Bouassa pour Le president Moukagni Iwangou
Vu (s) 5331 fois




1.Posté par Maroundou le 13/08/2014 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais toi Moukagni tu fais le btuit pourquoi même ? Les autres t'ont damé et bien bastonné. Toi tu crois que quoi ? Comment tu as pu pensé que l'UPG est un paquet de silures de Mouila à vendre au plus offrant ? Si tu ne fais pas attention "ou lagouga" "tu vas devenir fou" et marcher tout nu le bangala en l'air bientôt. Toi et tes amis vous disez que Mboulba Nziengui était un pédé doué par Fidèle Waura ? Parle encore

2.Posté par Murima le 13/08/2014 17:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Regardez moi celui là avec sa grosse tête de JUDAS. Les fangs t'ont donné quoi ? Tu a promis quoi aux bapangous de Medouneu pour qu'ils te fassent la pub dans leurs médias : echos du nord, Le temps, TV+ ...etc

3.Posté par Boussougou de Ntoum le 13/08/2014 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A force de baiser les bandjabis il a complètement perdu la tête. Il parait même qu'il est dans le coup avec les bandits qui ont tué Mamboundou le 15 octobre 2011.

4.Posté par Mouf le 13/08/2014 17:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On sait que les fangs t'adorent depuis que tu as dit que le dossier de la mort de Mambondou est vide. Pourquoi tu ne dis pas aux gens que le Général Ekogha, Biyoghe ndong et d'autres sont dans la mort de Mamboundou ? Pourquoi tu mens comme ça ? C'est pas un fang de la société civile qui était chargé d'évaluer la psycholohie de Mamboundou peu de temps avant sa mort et qui savait ce qui allait arriver ? Laisse le parti de celui que tu as trahi en paix

5.Posté par Sage Moudouma le 13/08/2014 17:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lors de son faux congrès annulé 10 à zéro tout le monde a vu les voitures de la présidence qui distribuait le CFA. Il veut dire quoi cet escroc ?

6.Posté par Django le 13/08/2014 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le petit Moubamba l'a frappé derrière Mathieu Mboumba et il va pleurer dans les médias. Et il veut diriger l'UPG.

7.Posté par l''Etranger le 13/08/2014 20:25 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous y sommes quand on vous dit que l'homme Fang n'est pas extraordinaire ni exceptionnel mais a quelque chose de spécial,les autres ethnies ne sont pas folles ou bêtes pour s'en prendre à tord à un groupe même un problème puno-Punu comme celui çi.

8.Posté par Moubamba est malade mental le 13/08/2014 22:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les postes 1,2,3,4,5 et 6 sont de Moubamba ki veut a tout prix etre vice president. Il pense que le biafrai le voit. BBM tu es un faux pion.

9.Posté par Moubamba est malade mental le 13/08/2014 22:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
BBM Tsuoooooo!!!!!on te connait. Tu en veux a Moukagni Iwangou qui a construit l'UPG? Sans ce type que serai l'UPG aujourd'hui? Toi tu viens et tu emene ton vampire et tu dit n'importe koi sur un monsieur respectable que Moukagni.

10.Posté par Moubamba m'a tuer le 14/08/2014 02:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En ce qui me concerne je crois que les uns et les autres doivent respecter les décisions de justice. Quand on est magistrat, on devrait respecter une décision de ses confrères. C'est mon petit avis. Non ?

11.Posté par Ekomy Ndong le 14/08/2014 02:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On vous a battu, on vous a mis les suppositoires.

12.Posté par Ekomy Ndong le 14/08/2014 02:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On vous a battu, on vous a mis les suppositoires.

13.Posté par Antoine le 14/08/2014 21:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Ekomy Ndong
Espèce de gros tas de graisse et commanditaire de crimes rituels. Gros Pédé. Dans quel poulailler te caches-tu?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 16 Décembre 2017 - 00:00 Gabon: Modzang EYA, artiste tradi-moderne...

Europe | Gabon | Interpellation | Infos Plus | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Affaire à Suivre | GL9NewsTV | GL9News.com | Transport | Management | Outil Gestion | Débat / Reflexion | Music Gabonaise | Music Africaine | Humour | News International | Sport International | Israel | Outil Création | Info Utile | Bricolage | Tribune Gabonaise | Réseaux sociaux | Shopping






Booking.com




Les Articles les plus lus

Savoir Bien Vivre...


Incroyable !