Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’investigation version Péan saluée dans «Le Point»

[Info juste 7J/7 GL9News.com - Vendredi 12 Décembre 2014 - 12 Commentaires| Lu 3321 fois |

Dans une chronique publiée par l’hebdomadaire «Le Point» du 4 décembre dernier, Patrick Besson (à ne pas confondre avec Patrick Buisson, l’ex-idéologue de l’extrême droite) affirme avoir lu «avec avidité» le dernier livre de Pierre Péan, «un journaliste d’investigation qui a du talent».



Patrick Besson, chroniqueur à l’hebdomadaire français Le Point (proche de la droite), a consacré sa chronique du 4 décembre dernier à l’auteur de «Nouvelles Affaires Africaines – Mensonges et Pillage au Gabon». Intitulé «Pierre Péan à l’œuvre», cet article dépeint avec gourmandise certains passages de ce «merveilleux, ironique, sensible, brutal et sincère feuilleton africain» qu’il dit avoir pris plaisir à lire.

Habitué des critiques littéraires acerbes et des polémiques publiques, Patrick Besson, également écrivain, s’intéresse notamment aux passages consacrés à Joséphine Bongo, première épouse du président Bongo, et à la démocratie gabonaise. Il estime que la qualité d’un écrit dépend de sa signature, de celui qui en est l’auteur. Pour lui, le livre de Pierre Péan portant sur le Gabon, le fonctionnement de la démocratie, les élections qui s’y déroulent comme celles de 1993 qui «ont tourné à la farce avant de se transformer en une tragédie» (des morts à Libreville, Port-Gentil et Oyem notamment, ndlr), est une œuvre à lire absolument. C’est, dit-il, «un récit tordant» dont il s’est toutefois gardé de traiter les passages consacrés aux origines d’Ali Bongo.

«Joséphine Bongo et ses amants tués ou gravement blessés»

Sur la première épouse du président Bongo, Joséphine, Patrick Besson a relevé le «magnifique portrait» que dresse Pierre Péan sur «la pétaradante dame, dont tous les amants furent tués ou gravement blessés». Il ajoute que «coucher avec une femme dont on sait que le mari va, le lendemain matin, tenter de vous liquider, c’est le moment d’essayer toutes les positions. Pierre, par un jeu subtil de miroirs, apparaît dans cette chronique enchantée, d’abord sous la forme d’un jeune africaniste enthousiaste, puis sous celle de best-seller enquêteur ronchon dont Bongo a tous les livres dans sa bibliothèque». Patrick Besson parle sans pudeur des infidélités de Joséphine Bongo révélées dans les deux livres de l’auteur intitulés «Affaires Africaines» et «Nouvelles Affaires Africaines – Mensonges et Pillage au Gabon».

Pour revenir à la démocratie, il affirme que Péan livre une vérité crue sur ce système. On bourre les crânes, on bourre les urnes, et après, on fracasse les deux. Puis, il s’interroge à propos probablement de la Françafrique «comment nos hommes politiques (français) ont-ils manqué de cœur au point d’accepter des valises dans lesquelles il y avait de l’argent pour des écoles et des hôpitaux qui ne seront jamais construits puisqu’il fallait payer les affiches du RPR, du FN et du PS ?» Besson ajoute qu’après avoir lu Péan, «il va être difficile de reprendre le chemin d’un bureau de vote, sauf peut-être en voiture officielle». Toutes truquées, les élections au Gabon depuis 1990 ?

Quelques «coups de canif» dans les côtes de Jeune Afrique

Au passage, le chroniqueur de «Le Point» donne des coups de canifs à l’hebdomadaire panafricain «Jeune Afrique» qui, dans l’une de ses dernières parutions a estimé que l’ouvrage controversé de Pierre Péan était «le scandale de trop». Pour Patrick Besson, «quand Jeune Afrique dit du mal d’un livre sur l’Afrique, il y a beaucoup de chances que ce livre contienne des vérités sur l’Afrique qu’on ne trouve pas dans Jeune Afrique, hebdomadaire qui semble s’intéresser davantage aux taux de croissance faramineux du continent noir qu’aux conditions de vie abominables de ses habitants». Et d’ajouter qu’il existe des journaux qui peuvent faire vider toute une salle pour un éloge imprimé sur quelqu’un !

Édité chez Fayard, le dernier livre de Pierre Péan est vendu à 18 euros (12 000 francs CFA). Plus de 30.000 exemplaires ont déjà été vendus. Un best-seller apparemment.

gabonreview

Vendredi 12 Décembre 2014
GL9News.com
Vu (s) 3321 fois
Notez




1.Posté par Test le 12/12/2014 05:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce que tu ne dis c'est combien tu as recu de Ping. Encore un pauvre journaliste francias qui veut se faire de l'argent. La stupidite ne tue plus dans la press francaise. Tu aurais au moins attendre quelques semaines après le passage de Ping en France.

2.Posté par Test le 12/12/2014 05:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De toutes les facons si les dirigeants africains ont pu acheter le FN, PS RPR et autre, c'est dire et vous et Pean on peut aussi vous acheter comme des bouts de pain. Ping etait en France la semaine derniere et on sait qui est alle le recontrer

3.Posté par OMBRAX2 le 12/12/2014 07:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La force d un état nation c est le respect de sa constitution. En Afrique vous n y êtes pas habitué question de culture. Toutefois la mondialisation vous forcera à rattraper ce retard au nom de la prospérité financière!

4.Posté par mbeng joel le 12/12/2014 09:31 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous pensez que meme si ping a achete pean, il a pu acheter sa conscience. Mais arrete. Vous ne savez quoi dire. Et en plus tous ce qui est dans ce livre est fonde et vrai

5.Posté par sale le 12/12/2014 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jeune Afrique? pas de commentaire, une déception pour un hebdomadaire que je croyais sérieux et objectif. Je partage votre point de vue sur ce quotidien. Quand à ceux qui pensent que PING peut acheter tout le monde libre à eux de penser comme ils veulent.

6.Posté par Bouka Rabenkogo le 12/12/2014 10:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chassons Ali le biafrais et sa légion de mafieux apatrides. Un point, un trait. "Il n'y a plus de 2016". Le vide constitutionnel est constaté depuis mercredi 29 octobre 2014, date de la publication en France du livre "Les nouvelles affaires africaines", du journaliste d’investigation français Pierre Péan. Les institutions chargées de faire appliquer l'Article 13 de la constitution en sont incapables et complices du biafrais et sa légion de mafieux apatrides. Allez jusqu'en 2016 revient à dire: qu'Ali Bongo a été légalement élu en 2009 et que les dispositions de l'Article 10 ne s'appliquent pas à ce faussaire.
Nous considérons comme complice de haute trahison, toute personnalité politique qui envisage encore l’élection de 2016. Le Gabon ne peut plus souffrir d’être un pays "hors lois" qui présente à l'international l'image d'un peuple et d'une nation complice d'un parjure. Les différents meeting organisée ça et là, n'ont qu'une valeur égocentrique. Ils ne conduisent pas à l’essentiel: "faire partir Ali ou le chasser du pouvoir".
Mesdames et messieurs les leader politiques, la comédie à assez durer. Si Ali le biafrais et sa légion de mafieux apatrides ne sont pas chassés avant la Noël, alors le Mouvement "Les Patriotes" retirera toutes les réserves qu'il accorde aux actions du Front uni ou tous autres mouvements politiques de l'opposition et les considérera comme fantaisistes.
"C’est fini, les combines politico-politiciennes".
Le meeting du 20 décembre doit être, celui du départ d'Ali le biafrais et sa légion de mafieux apatrides.
A bon entendeur...

7.Posté par Nkembo le 12/12/2014 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'attends avec impatience cette insurrection,je le dis et redis: Si Ali tombe,Ping,Eyeghé Ndong,Oyé mba,Mybotho et tous les néo opposants revenus du pdg et qui ont pillé ce pays tomberont.La violence qu'ils ont occasionnée les ratrappera un à un. A bon entendeur vivement que cette fameuse insurrection arrive

8.Posté par sale le 12/12/2014 14:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qui a pillé ce pays mieux que Bongo? Pourquoi pensons-nous toujours que les leaders de l'opposition actuelle préfinancent les points de vues des français à l'exemple de P. PEAN et actuellement de P. BUSSON? Si ceux qui pensent de la sorte doivent savoir que tout le monde ne fait pas des marches de soutien ou autres manifestations en échange d'un tee shirt ou quelques billets de banque. Il y a ceux qui ont de la personnalité, ceux qui sont intègres. Si vous avez un prix c'est votre droit n'en faites pas une généralité svp.

9.Posté par Jeunesse Gabonaise le 12/12/2014 22:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quand bien meme les opposants tel que Jean Ping ont été au coté de Bongo pendant ces 40 ans de pillage , croyez qu'ils avaient une quelconque influence ou pouvoir de dire non à Bongo , ces gens là etaient liés à ce systeme mafié et ditactoriel sinon ils risquaient leur vie et ceux de leus proches; ce n'etait pas à eux d'etre exemplaire mais au President de la Republique , maintenant q'ils en sont liberés , ils veulent mettre leur experience au service du pays , en quoi cela est-il mal ? ils ont les competences eux ! en comparaison des non -competents et non- Gabonais qui gouverne à ce jour , Biafrais , Beninois et que sais-je encore , cet homme s'est entouré d'etrangers pour gouverner ou plutot piller le Gabon !!!! le Gabon appartient aux Gabonais , tout sauf les Bongo , ils se sont assez enrichi et assez pris les Gabonais pour des cons, il est temps que ça cesse , en 2016 si ce n'est avant , nous opposition nous les degageront !!!!! pour le bien du Gabon et du peuple Gabonais . Mr Ping et les autres connaisent mieux que quiconque ce systeme et donc les seuls à pouvoir y mettre un terme .

10.Posté par SILENCE SILENCE ON PILLE le 13/12/2014 07:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TAISEZ TAISEZ VOUS NOUS GENERATIONS DE L'EMERGENCE ON PILLE PLUS VITE QUE NOS AINES NEO-OPPOSANTS

11.Posté par Dream le 13/12/2014 10:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Huum

12.Posté par Le Roseau le 22/12/2014 02:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le livre de Pierre Pean pose aujourd'hui un gros problème constitutionnel au Gabon: la légitimité du Président de la République est remise en cause.

En tant que Gabonais, auditeur libre, je me pose de nombreuses questions sur l'opportunité de la parution de ce livre ainsi que le but réel recherché, sachant que, bien que notre pays ne soit pas un jardin d'Eden, il reste l'un des pays d'Afrique centrale reconnu pour sa stabilité social. N'est-on pas entrain de nous éloigner des problèmes réels du Gabon et de l'Afrique? Un ami Gabonais qui avait soutenu une thèse sur la coopération France-Gabon m'a informé que dans ce partenariat, il est établit que les richesses du sol et du sous sol Gabonais appartiennent à la France et qu'aucune loi ne peut venir annuler cet accord. Or, depuis l'accès d'Ali au pouvoir, plusieures décisions qui n'arrangent pas la France ont été prises, nottament 1) l'exigeance de la transformation de notre bois sur place au Gabon (création d'emplois localement, conséquence: chômage du personnel engagé dans les scieries françaises), 2) Diversification du partenariat pour la réalisation des routes: des marchés qui auraient pu revenir en totalité aux sociétés Françaises sont maintenant accordés aux chinois, aux espagnoles, etc... Et le constat est net: tous les Gabonais qui ont eu l'opportunité de voyager sur la route nationale découvrent avec beaucoup de plaisir le bon travail réalisé par ces sociétés; 3) Le gros marché de la route Port-Genti-Omboué-Libreville (en cour de réalisation) a été donné aux chinois, 4) Le fer de Bélinga était en passe d'échoire aux chinois s'il n'y avait pas eu d'entourloupes dans les accords, 5) Le projet de réalisation d'une nouvelle raffinerie à Port-Gentil a été donné aux coréens, 6) L'Etat Gabonais a demandé a Total Gabon le paiement d'une dette de plus de 800 millions de dollards; etc.. pour ne citer que ces exemples. Ali, par patriotisme, s'est-il volontairement ligué contre la France, sachant ce que cela devait lui coûter cher, au regard de ce qui est arrivé aux Pascal Lissouba, Khaddafi, Sankara et autres Chefs d'Etat Africains considérés comme indociles? Il a travaillé aux côtés d'Omar Bongo et a assisté aux coups donnés par la France aux "mauvais élèves Présidents", pourquoi a-t-il préférer agir comme il l'a fait? Je m'interroge beaucoup sur sa démarche et mon impression c'est que l'on est entrain de nous distraire. C'est au point ou je me demande bien quel types de Leaders devons nous avoir comme Président en Afrique: Des hommes qui doivent obéir aux accords iniques, s'enrichir, puis s'en aller, ou ceux qui peuvent dire à la France "y'en a marre, renégocions, concédez-nous ceci ou cela"? Si c'est ce deuxième type qu'il nous faut, alors Ali est donc un des martyres qui a osé. Transcendons les problèmes de nationalité et essayons de mieux comprendre la démarche Française. A mon avis, la France s'est certainement dit que si le premier mandat d'Ali leur a fait perdre quelques milliards, certainement qu'un deuxième leur en fera perdre d'avantage. Il faut donc l'attaquer par ce qu'il ne peut pas démontrer et qui lui otera toute légitimité constitutionnelle: sa filiation avec Omar Bongo. Connaissant l'importance des intérêts Francais au Gabon et les remous que pourrait provoquer la sortie de son livre, Pierre Pean ne pouvait que bénéficier de l'aval de la France pour mettre à mal le pouvoir d'Ali.

Nouveau commentaire :
Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Interpellation | France Archive