Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Invitation au Forum Mondial de la Démocratie, Strasbourg, France

[Info juste 7J/7 Fax1 - Mardi 9 Octobre 2012 - 2 Commentaires| Lu 2956 fois |

Atelier technique « Argent et démocratie » (14h30-17h00) le 10 Octobre 2012
parrainé par Transparency International
Contribution de Georges Mpaga, Président du ROLBG, Société Civile Gabonaise
Lieu : Hémicycle, Palais de l’Europe, Strasbourg, France



Invitation au Forum Mondial de la Démocratie, Strasbourg, France
INVITATION

Atelier technique « Argent et démocratie » (14h30-17h00) le 10 Octobre 2012
parrainé par Transparency International
Contribution de Georges Mpaga, Président du ROLBG, Société Civile Gabonaise
Lieu : Hémicycle, Palais de l’Europe, Strasbourg, France

Le discours intégral sera disponible dès 18 heures sur les medias sociaux.

Propos liminaire
PANORAMA DE LA SITUATION SOCIO-POLITIQUE AU GABON

Depuis le décès du Président Omar Bongo Ondimba le 08 juin 2009 et le scrutin anticipé d’août 2009, le climat socio-politique au Gabon n’a cessé de se dégrader du fait de la volonté clairement exprimée du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) de confisquer le pouvoir et imposer une vision monarchique au mépris des règles de l’État de droit et de la souveraineté du peuple gabonais. L’ensemble des forces vives du Gabon n’a eu de cesse de tirer la sonnette d’alarme quant aux risques majeurs que cette situation fait courir au pays. Le refus du PDG de se plier au respect des règles du jeu démocratique se manifeste à travers la mauvaise organisation de toutes les élections. Avec un taux de participation de moins de 15%, les législatives de décembre 2011 n’ont pas dérogé à cette règle. Bien au contraire, elles se sont soldées par la mise en place d’une assemblée nationale monocolore où sur cent vingt (120) députés, le PDG compte à lui seul 114.

LA SITUATION POLITIQUE, ÉCONOMIQUE ET SOCIALE DU GABON CONTINUE DE SE DÉGRADER

Exerçant par délégation la souveraineté nationale, la Cour Constitutionnelle s’est, depuis bientôt trois (3) ans, illustrée avec un zèle rarement atteint par des interprétations spécieuses et partisanes du Droit en vue de favoriser le contrôle du Pouvoir et de l’appareil d’État par le PDG. La Cour Constitutionnelle s’est comportée comme un organisme spécialisé du PDG en validant, deux mois avant les dernières législatives, une Loi qui fait obligation à tout dissident voulant se porter candidat à une élection, de se prononcer six (6) mois à l’avance. En validant une loi qui dispose que les dirigeants d’un parti dissout ne peuvent en créer un autre avant cinq (5) ans, elle a délibérément pris le parti de priver certains compatriotes de leurs droits politiques et d’écarter de la compétition toute personne gênante pour le PDG. La reconduction, pour un quatrième mandat de sept (7) ans de Mme Mborantsuo, par ailleurs belle-mère de M. Ali Bongo, à la tête de cette Institution n’augure rien de bon quant à l’enracinement des valeurs démocratiques et à la sincérité des prochains scrutins.

Les observateurs de la vie politique et l’ensemble de la population gabonaise qui s’interrogeaient déjà avec gravité sur la capacité de ce pouvoir à bien gouverner sont désormais convaincus que le Gabon n’est pas gouverné, mais pris en otage par un clan qui compromet sérieusement son avenir. Les principales mesures prises par le Pouvoir vont dans le sens de sa personnalisation et de la négation des principes démocratiques.

- Révision unilatérale de la Constitution pour renforcer les pouvoirs du Président de la République ;
- Dissolution illégale d’un des principaux parti d’opposition ;
- Refus de se conformer aux termes de la Loi quant à la mise en place d’un fichier électoral biométrique ;
- Reconduction d’un membre de la parentèle du Président de la République à la tête de la Cour constitutionnelle ;
- Usage intempestif des forces de deuxième et troisième catégorie ;
- Répression systématique de toute manifestation pacifique ;
- Emprisonnement arbitraire d’étudiants grévistes ;
- Attaques armées répétées contre la chaîne de télévision privée TV+ ;
- Traque de journalistes insoumis ;
- Suspension systématique de media jugés trop critiques ;
- Entrave à la liberté d’aller et venir de nombreux membres de l’Opposition ;
- Limogeage de tous les hauts cadres de l’Administration soupçonnés d’être proches de l’Opposition ;

LA DÉMOCRATIE SE RÉVÈLE UNE IMPÉRIEUSE NÉCESSITÉ POUR LA STABILITÉ DU GABON

La source véritable de la crise multiforme que traverse le Gabon est le caractère illégitime du pouvoir actuel. Tant que les dirigeants politiques ne seront pas oints de la légitimité populaire et démocratique, la situation continuera à se dégrader. La faillite de la démocratie au Gabon se caractérise par :
- La mauvaise organisation des élections ;
- La manipulation systématique de la liste électorale ;
- La fabrication et l’utilisation de faux documents d’Etat-civil pour permettre des votes multiples ;
- L’usage de la violence physique et morale ;
- L’implication partisane des Autorités administratives dans l’expression du suffrage universel ;
- L’achat des consciences ;
- L’incitation permanente au tribalisme, c’est-à-dire au repli identitaire qui met à mal l’unité Nationale et la cohésion sociale.

Plus que jamais, les Gabonais sont convaincus que le système actuel n’offre plus aucune possibilité de transparence démocratique. Plus que jamais, de nombreuses forces sociales se laissent aller à l’idée que l’usage de la violence est le seul recours pour une alternance politique au Gabon.

Pour éviter un bond dans l’inconnu, la Société Civile estime qu’il est urgent d’ouvrir des pourparlers inclusifs avec l’ensemble des forces vives de la Nation. C’est le sens de son soutien à l’idée de Conférence Nationale Souveraine. Ce forum pourrait permettre d’éviter le pire et d’engager une réflexion nationale portant notamment sur :
- les modes et les conditions de révision de la Constitution,
- le retour au scrutin à deux tours ;
- la limitation du nombre de mandats ;
- la réforme de la Cour Constitutionnelle ;
- la réforme du Conseil National de la Communication ;
- la refonte de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente ;
- la clarification des pouvoirs du Président de la République ;
- la neutralité et l’autonomie de l’administration :
- le découpage électoral et le poids démographique ;
- la réforme de la Garde Républicaine;
- la redéfinition du rapport entre l’armée et le peuple en période de crise.

La Société civile Gabonaise réaffirme que son combat est citoyen et démocratique.

Mardi 9 Octobre 2012
Fax1
Vu (s) 2956 fois
Notez




1.Posté par Alerte Info le 10/10/2012 02:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
André Mba Obame,
reçoit Guy Nzouba Ndama le 20 octobre 2012!
.

2.Posté par ALI DOIT FINIR AVEC LE PDG le 10/10/2012 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'EST SUR QUE GUY NZOUBA NDAMA VEUT SUPPLIER A NOTRE PRÉSIDENT AMO D’ARRÊTÉ DE LES TOURMENTER CAR LES PDGISTES ONT DES INSOMNIES DEPUIS QU'ILS ONT RATER LE COUP DE LE TUER PARCE QUE ENTOURER DES ANGES.
CHER AMO ATTENTION AU POISON CES PD-GISTES SONT DES OISEAUX DE MAUVAISES AUGURES

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Europe | France | Management | Music People | Articles Sponsorisés | Culture / Evènements | News | Annonces | Diaspora Gabonaise | Diaspora Africaine | Immigration | Diaspora - Infos Utiles | Infos Plus | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Interview | Affaire à Suivre | GL9NewsTV | GL9News.com | Transport | Voyages | Outil Gestion | Débat / Reflexion | Music Gabonaise | Music Africaine | Humour | News International | Sport International | Outil Création | Info Utile | Bricolage | Tribune Gabonaise | Réseaux sociaux | Shopping / E-Book | Immobilier | Formation | Banques | Economie - Européenne