Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gabon : Les chiens errants dans notre capitale, un véritable danger public

l'info réelle 7J/7 - Junior Ebong Tchissambo le Jeudi 25 Décembre 2014 à 00:00 | Lu 668 fois

c"est une honte que de constater la généralisation de l'errance des chiens pour une capitale qui se veut belle et propre. " Je ferai de Libreville l'une de villes les plus belles de monde et d'Afrique" dixit Mme le maire de Libreville. Mais, hélas , hors-mis l'insalubrité, l'insécurité et autres, on constate que cette déclaration n'était que de la poudre aux yeux.



Les chiens errants en capital politique, un epineux problème qui entache la sécurité publique n'a pas l'air d'émouvoir les autorités muncipales en tête desquelles la Maire Rose Christiane Ossouka

Les chiens errants dans notre capitale, représentent un danger plublic pour les populations qui y vivent. Ce phénomène d'errance de chiens pour la plus part enragés, n'a pas l'air d'être le soucis des autorités ( par défaut ) de la Direction générale de la santé publique et de la municipalité de notre capitale. Il n'est pas rare de voir ces chiens errants se promener dans les artères de Libreville : D'Akanda à Okala, de Nzeng Ayong au Pk10 ou encore du centre ville à Awendje, le constat est le même.

Il arrive plus souvent qu'ils en viennent à mordre les riverains des quartiers sus-cités au grand dam des dits riverains et les autorités qui ne prennent pas conscience du réel danger qui plane. En outre, si les brigades anti-canins qui existaient dans les débuts des années 90, étaient redéployées sous les auspices de l'hotel de ville afin mettre fin à ce fléau et redonner à Libreville un aspect plus reluisant, se serait un grand pas.
Par ailleurs, nous constatons que le bien-être des populations ne semble pas être une priorité pour les autorités ( à toute échelle de vue ) où l'enrichissement personnel illicite et la gabegie financière , sont les pratiques honteuses. Les intérêts collectifs sont relégués au second voire au troisième plan.

Il est temps que le principal concerné en l'occurrence la municipalité prenne le taureau par les cornes et agisse au plus vite car il y va de la santé des milliers de citadins.
Mme Rose Christiane Ossouka, la balle est dans votre camp.

Jeudi 25 Décembre 2014
Junior Ebong Tchissambo
Vu (s) 668 fois
Notez



Info Juste & Utile | Vie Pratique 7Jours/7... | Investissement | Ma Vie à Dieu | Histoire | Afrique | Economie Internationale | Asie | Amérique | Tourisme | Archive GL9News