Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gabon : L’ENVERS DU DECOR : SEEG, la grève contre l’arbitraire.

[Info juste 7J/7 Source : Mazleck.info - Lundi 8 Novembre 2010 - 0 Commentaire| Lu 787 fois |



Les agents de la société d’énergie de d’eau du Gabon, SEEG, ont entamé ce lundi 8 novembre 2010, une grève générale illimitée, qui vise en somme, à marquer leur mécontentement face au malaise généralisé qui gagne cette entreprise privatisée depuis 1997, d’abord au profit du groupe français Vivindi, qui au fil des années, s’est muée en Véolia, un autre groupe français qui brille par une gestion scabreuse, à en croire les agents en grève, qui dénoncent au passage, des contrats opaques, qui frisent l’affairisme, passés avec des ‘’groupes d’intérêts ‘’ pour la plus part occidentaux, sinon français, et ce, au profit des seuls responsables de l’entreprise, et au mépris de la compétence locale.

Autre paire de manches, la gestion quelconque des trois cents milliards de francs cfa, initialement prévus comme budget d’investissement sur vingt ans, et qui sont comme miraculeusement épuisés en quelques dix ans sans que des résultats tangibles ne soient notés. Notons par ailleurs que la vétusté des installations reste légion, d’où la récurrence des défaillances enregistrées dans la distribution de l’eau et de l’électricité sur l’ensemble du territoire national.

Cette grève intervient à la suite de l’expiration d’un préavis de dix jours. Les agents prévoient conformément à la réglementation en vigueur, un service minimum, non sans rassurer quant au bon fonctionnement des réseaux de distribution d’eau et d’électricité, en raison notamment de la faiblesse des agents qui sont mobilisés pour cette période de grève. Toute chose qui présage de possibles aggravations des conditions déjà difficiles d’accès à ces ressources vitales.

Malgré son statut de société détenant le monopole de la gestion de l’eau et de l’électricité dans le pays, le SEEG est curieusement, et ce grand étonnement de ses agents, débiteur d’une banque locale, auprès de laquelle, elle a sollicité un prêt d’un milliard cinq cents millions de francs cfa en vue de payer son personnel. Drôle d’attitude pour une société qui en principe, selon le président du syndicat des agents de la SEEG, René Mbelé, devait présenter une santé financière de fer.

Les syndiqués de la SEEG, disent restés perplexes face à l’étonnement de l’Etat gabonais, face cette gestion scabreuse des trois cents milliards de francs cfa d’investissement, des fonds qui étaient en fait, affectés au renouvellement des installations et au suivi de ce travail.

Un cuisant fiasco qui contraint les responsables du groupe Véolia, a avoir recours à des groupes électrogène de forte intensité, mieux, à des centrales mobiles qui sont louées pour les besoins de la cause, et non achetées. Des choix de gestion qui laissent le Gabon au point zéro en terme d’équipements, plus de dix ans après la privatisation de la Société d’Energie et d’Eau Gabon, SEEG.


Lundi 8 Novembre 2010
Source : Mazleck.info
Vu (s) 787 fois
Notez




Dans la même rubrique :
< >

France Politique | France Economie | France - Diaspora | France Société | France - Scandale | France - Syndicats / Grève | France - Faits Divers | France - Entreprendre | France - Sport | France - Affaire à Suivre | France - Transport | France - Médias | France Interview