Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

France - Inondations : la Seine a atteint 6 mètres à Paris et continue de monter

l'info réelle 7J/7 - GL9News.com le Vendredi 3 Juin 2016 à 17:01 | Lu 377 fois



Après plusieurs jours de pluies exceptionnelles, les inondations, qui ont fait un mort jeudi en Seine-et-Marne, se sont déplacées vers Paris où la crue de la Seine pourrait atteindre vendredi soir un pic à 6,50 mètres. Conjuguées aux mouvements sociaux, les inondations perturbent les transports et la circulation, à une semaine quasiment de l’Euro de football organisé en France.

Vendredi matin, le niveau de vigilance en Seine-et-Marne, où plus de 7 600 personnes ont été évacuées, est repassé de rouge à orange, comme douze autres départements (le reste de l’Ile-de-France, le Cher, l’Indre, l’Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher et le Loiret). Dans la région Centre, la situation est toujours préoccupante dans le Cher, qui connaît des crues exceptionnelles. La ville de Romorantin a été particulièrement touchée.


Malgré des annonces de baisse des eaux « lentes » sur la quasi-totalité des affluents de la Seine en amont de Paris, la capitale connaît, vendredi 3 juin, une journée compliquée. Le ministère de l’environnement a annoncé en début d’après-midi que le pic de crue sur Paris est prévu, vendredi soir, « vers 6,30 m, voire 6,50 m dans des hypothèses plus défavorables ».

« Il faut signaler qu’il s’agira d’un plateau plus que d’un pic, ce niveau haut devant rester relativement stable pendant tout le week-end avant d’amorcer la décrue. La décrue est toujours plus lente que la montée des eaux, et c’est un point essentiel à gérer. »

La précédente prévision, vendredi matin, prévoyait un pic à 6,20 m, soit un niveau sensiblement égal à celui de la dernière grande crue de 1982.

Les apports des différents affluents restent importants, puisque les crues très importantes, comme sur le Loing et son affluent l’Ouanne, se déplacent vers l’aval, vers la Seine. De nombreux tronçons étaient toujours, vendredi matin, en vigilance orange.

Il devrait y avoir des impacts en aval de Paris, sur le camping du bois de Boulogne, l’Ile de la Jatte et l’Ile Saint-Germain ainsi qu’à Rueil Malmaison (pic de crue prévu samedi matin), avec de possibles évacuations, selon un communiqué du ministère de l’environnement. La crue devrait se propager ensuite vers la confluence Seine-Oise (samedi soir), puis jusqu’à Elbeuf (dimanche). Il n’est pas à exclure un passage à la vigilance orange autour de Rouen, sous l’effet conjugué de la crue et des forts coefficients de marée.

Le déclenchement du plan Neptune est autorisé à partir de 5,50 mètres. Le plan consiste notamment en la mobilisation de 10 000 militaires appelés à prendre le relais d’autres forces, pompiers, agents de police, pour la surveillance de sites, ou l’installation de ponts par exemple. Mais il est peu probable que celui-ci soit mis en œuvre par le gouvernement.


A la grève qui affecte une partie du trafic s’ajoutent les intempéries. L’ensemble des sections parisiennes du RER C, qui longe la Seine, est fermé depuis jeudi 16 heures. La ligne sera complètement fermée à partir de 20 heures. En moyenne, 500 000 voyageurs empruntent cette ligne quotidiennement.

Les inondations ont aussi causé des perturbations dans les transports franciliens (RER B, D, E et Tramway). La ligne N, en particulier, est totalement interrompue à la hauteur de Meudon en raison d’un risque d’éboulement, et des travaux sont en cours. Le trafic ferroviaire est également interrompu sur la ligne P « pour plusieurs jours » entre Tournan et Coulommiers et sur la ligne R entre Moret et Montargis.

Le trafic du métro parisien avait pour l’instant été épargné mais la RATP a annoncé la fermeture de la station Cluny-La Sorbonne, juste avant 14 heures. Plus généralement, au-delà d’une cote de 6,50 mètres, les problèmes sérieux commenceraient. Aujourd’hui, la RATP compte 322 kilomètres de tunnels, dont 140 pourraient se retrouver submergés si l’eau pénétrait dans le métro. La régie a identifié 400 points d’entrée possibles et assure disposer de 273 bétonneuses, de barrières en Inox et de plus de 70 000 parpaings pour en barrer l’accès, si ces aménagements s’imposent.

Les inondations ont aussi rendu impossible la circulation aux abords d’Orléans, dans le Loiret. Deux sections de l’A10, coupée depuis mardi matin, ont été localement rouvertes jeudi soir mais l’accès à l’autoroute est toujours interdit après la barrière de péage de Saint-Arnoult (Yvelines).

Au moins deux morts liées aux inondations

Un cavalier a été « emporté par les eaux » de l’Yerres à Évry-Grégy-sur-Yerre, selon la préfecture de Seine-et-Marne. Le cheval a pu regagner la berge mais le corps de l’homme de 74 ans a été retrouvé deux heures plus tard par les pompiers, en aval de la rivière, ont précisé les gendarmes. Dimanche, un enfant de trois ans est décédé dimanche dans l’Yonne, dans le sous-sol du pavillon familial, inondé après les intempéries du week-end.

Mercredi, le corps d’une femme de 86 ans avait été retrouvé dans son pavillon inondé, toujours en Seine-et-Marne. Après des versions contradictoires, une autopsie est prévue vendredi pour déterminer si son décès est lié aux inondations.
20 000 personnes évacuées dans tout le pays

Au total, depuis le début des fortes pluies le week-end dernier, 20 000 personnes ont été évacuées et mises à l’abri par les services de secours, au cours de 16 000 interventions réalisées sur l’ensemble du territoire, selon les autorités. Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a remercié jeudi soir « les 3 000 sapeurs-pompiers, les 250 militaires de la sécurité civile et l’ensemble des agents de l’Etat engagés depuis maintenant cinq jours ». Environ 20 000 foyers restaient privés de courant vendredi matin dans le Loiret, le Loir-et-Cher et l’Ile-de-France en raison des inondations, selon Enedis (ex-ERDF).

Le premier ministre, Manuel Valls, doit se rendre vendredi après-midi dans l’Essonne, notamment à Longjumeau dont le centre a été totalement inondé et les habitants, privés d’électricité et de chauffage, ont été évacués en barques. Face aux importants dégâts matériels constatés en amont de Paris, « l’état de catastrophe naturelle sera reconnu » dès mercredi, a promis le président François Hollande.

A Nemours, où Manuel Valls s’est rendu jeudi matin, le Loing a dépassé les niveaux atteints lors de la crue historique de 1910 (4,25 m) mais a lentement commencé sa décrue jeudi.

Dans les grands musées parisiens le long de la Seine, c’était le branle-bas de combat jeudi pour mettre une partie des collections à l’abri, exercice auquel ils se préparent depuis plusieurs années.

Musée le plus visité du monde, le Louvre est fermé vendredi pour évacuer « à titre préventif » des œuvres stockées dans ses réserves. Le musée d’Orsay, fermé depuis jeudi soir, gardera portes closes jusqu’à mardi. La Bibliothèque nationale François-Mitterrand a également été fermée au public, même si elle assure qu’aucune œuvre n’est menacée. Vendredi après-midi, c’était au tour du Grand Palais de fermer au public, « par mesure préventive »

lemonde.fr

Vendredi 3 Juin 2016
GL9News.com
Vu (s) 377 fois
Notez



France - Diaspora | France - Politique | France Economie | France - Scandale | France - Société | France - Syndicats / Grève | France - Faits Divers | France - Entreprendre | France - Sport | France - Affaire à Suivre | France - Transport | France - Médias | France Insolite