Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Etats Unis : Miami, loin du vice et près du cœur

[Info juste 7J/7 GL9News.com - Dimanche 2 Septembre 2018 - 0 Commentaire| Lu 395 fois |

La plus grande ville de Floride a beaucoup plus à offrir que luxe ostentatoire et boîtes de nuit clinquantes. Transformée par le monde de la culture et du design, Miami n'a pas usurpé son surnom de «ville magique». Une sorte d'Atlantide qui n'a rien à envier à ses homologues de Californie.



La baie de Biscayne est l'un de ces endroits où l'horizon semble ne jamais s'arrêter. «A l'exacte jonction entre l'air et l'océan, entre l'état liquide et l'état gazeux», écrivait le cinéaste Michael Mann dès les premières lignes du scénario de son chef-d'œuvre, Miami Vice, en évoquant ce lieu. «Un horizon où même les molécules s'évaporent, dans un échange presque éthéré.» Alors que nous dérivons lentement au gré du courant à bord d'un petit voilier, quelques dauphins peu farouches surgissent derrière la cime des vagues qui viennent se confondre dans le bleu du ciel.

Au loin, une vedette lancée à vive allure et fendant les eaux slalome entre les dernières maisons sur pilotis de Stiltsville qui se dressent comme les uniques vestiges d'un temps oublié : l'époque des années 1920-1930, quand le sud de la Floride voyait affluer des milliers de personnes venues profiter de son climat paradisiaque - et du laxisme des autorités vis-à-vis du respect de la prohibition.

Une époque révolue durant laquelle Miami était déjà surnommée «The Magic City». En quelques minutes, le soleil couchant embrase le ciel d'un rose fuchsia et les gratte-ciel de Downtown Miami s'illuminent et scintillent de mille feux. Ce parfait spectacle de tranquillité, les habitants de Miami et Miami Beach peuvent en profiter chaque jour s'ils le souhaitent - et les touristes aussi, en louant un bateau dans l'une des nombreuses marinas de la ville. 

Pourtant, il est à rebours de la réputation de cette ville de Floride, généralement réputée pour les outrances d'une jet-set bruyante et un brin vulgaire. Une ville qui, à l'international, semble éternellement coincée dans son image d'Epinal des années 1980-1990.

Et si Miami était en fait l'un des secrets les mieux gardés des Etats-Unis? Et si ses habitants, conscients de la qualité de vie unique qu'ils ont réussi à se construire sur ce bout de terre poreuse et sans cesse menacé par la constante montée des eaux, avaient volontairement et jalousement entretenu la mauvaise réputation de leur ville pour ne pas trop attirer les regards? «Moi, je suis content quand les gens viennent me rendre visite quelques jours, ou quand les touristes descendent de New York pour faire la fête dans mon club ; mais je suis encore plus content quand ils repartent!» nous avoue un entrepreneur français installé depuis le début des années 1990.

 «Pendant très longtemps, nous avons été méprisés par les autres villes de la côte Est: pas assez de culture, que des bars et des clubs trop chers…Et ces mêmes personnes commencent tout juste à comprendre que ce n'est pas si simple et qu'il y a plein de trésors cachés à Miami.» A tous ceux pour qui, à l'instar de l'auteur de ces lignes, Miami se résumait à des façades Art déco illuminées par des néons fluo devant lesquelles l'acteur Will Smith se dandinait en débardeur et pantacourt blanc dans son célèbre clip, il serait bon de le souligner une bonne fois pour toutes: Miami ne se limite pas à Miami Beach. 

Et, si dire d'une ville qu'elle possède plusieurs visages relève de l'éternel poncif, celui-ci n'a jamais été autant à propos que pour Miami. D'est en ouest ou du nord au sud, jamais il n'a été aussi rapide et facile de changer d'univers. «Il y a une seule solution pour vraiment profiter de Miami, nous avertit David Foulquier, un entrepreneur dans la restauration que Forbes vient d'inclure dans son fameux «30 under 30», un classement des jeunes talents à suivre. 

Quitter Miami!» Elevé aux Etats-Unis, ce Français découvre la plus grande ville de Floride il y a dix ans et succombe rapidement à son charme. Son restaurant, Fooq's, est l'un des emblèmes de ce qui a changé - et qui continue de changer - à Miami.

Situé dans le nord de Downtown, un quartier que la presse locale qualifie depuis déjà plusieurs années de «bourgeonnant», l'établissement, sans prétention apparente, est niché sous les arcades d'une petite rue, à quelques mètres seulement de la chaussée MacArthur (une des quatre qui traversent la baie de Biscayne pour rejoindre Miami Beach). En face du restaurant, un vieux garage à la façade bleudélavé.

La cuisine, d'inspiration franco-italienne et finement relevée aux épices persanes, participe autant de la surprise que l'accueil du personnel, aux petits soins. Le soir, quelques tables en terrasse et un petit patio permettent de profiter du beau temps et de sentir l'effervescence grandir dans la nuit. Sur le même trottoir, un bar branché, The Corner, jouxte trois discothèques réputées de la ville, ouvertes jour et nuit et qui ont valu à ce quartier le surnom de «Miami 24 Hours District». 

Mieux vaut ignorer ces établissements bruyants sans trop de charme et leur préférer le Floyd, un club à l'ambiance feutrée dont l'entrée se devine à peine entre deux files d'attente des boîtes de nuit adjacentes. «On a voulu rompre avec l'image que les gens se font de Miami», nous expliquent deux des directeurs du lieu, Arnaud Espineira et Laurent Fraticelli, deux autres Français installés à Miami et passés par le Soho House Club. L'atmosphère rappelle par endroits celle des premières heures du Silencio de Paris (conçu par le cinéaste David Lynch): du carrelage noir habille une grande salle haute de plafond au fond de laquelle un orchestre joue sur une petite scène.

A la carte du bar, pas de verres multicolores avec longues pailles et tranches d'ananas mais des savants classiques légèrement revisités. La population? Très peu de touristes, beaucoup de locaux en afterwork, sortant d'un match du Heat de Miami (l'équipe de basket) ou d'une représentation au Arsht Center, qui est à Miami ce que le Lincoln Center est à New York. Fooq's et Floyd participent de ce renouveau que connaît la ville depuis près d'une dizaine d'années et qui se prolonge dans le sud, au-delà de la Miami River.

En continuant sur Brickell Avenue, nous entrons dans une jungle de béton flambant neuve n'ayant pas à rougir devant celle de la Big Apple. Une forêt de gratte-ciel qu'ont fait fleurir toute une série d'investissements américains et étrangers. On y trouve les chaînes d'hôtels de luxe classiques, comme SLS, Mandarin et East. Certaines de leurs terrasses valent le détour pour profiter d'un coucher de soleil.

Un musée à ciel ouvert

Si beaucoup de facteurs ont par la suite participé à cette transformation de Miami, c'est l'arrivée en 2002 de la manifestation d'art contemporain Art Basel qui a constitué le prologue de cette mutation. En témoigne l'ahurissant quartier de Wynwood. En 2009, 21 artistes ont été invités à exprimer leur talent sur les grands murs de ce quartier abandonné de Miami. Près de dix ans plus tard, ces fresques sont toujours là et continuent d'attirer les touristes, les amateurs de street art, les serial-instagrameurs mais aussi les habitants qui viennent profiter de ce quartier devenu un véritable musée à ciel ouvert. Jalonnant les trottoirs de Wynwood, galeries d'art, concept stores et boutiques branchées constituent une étape essentielle dans la visite de ce «nouveau Miami».

Mais pas de panique. Si c'est bel et bien le luxe et la démesure que vous cherchez à Miami, vous êtes encore - et toujours - au bon endroit. «Miami a évolué et s'est sophistiquée», nous raconte Sandra, une habitante et fine connaisseuse des arcanes de la ville. «Mais Miami Beach a conservé tout son ADN. Maintenant, c'est Miami Vice sous stéroïdes!» Sur Collins Avenue, l'artère qui parcourt Miami Beach sur toute sa longueur, les façades des hôtels, des palaces et des restaurants jalonnent des trottoirs étroits en béton clair. Sur la chaussée encombrée par le trafic, des voitures de sport tentent de se frayer un chemin au milieu des innombrables taxis et Uber.

D'où ce précieux conseil que des habitants nous ont donné trop tard: évitez de louer une voiture pour tout le séjour. L'aéroport de Miami n'est qu'à une trentaine de minutes de Miami Beach, beaucoup moins si vous êtes dans le centre-ville. De surcroît, les parkings des hôtels pouvant parfois atteindre des prix exorbitants et les places de parkings publics étant assez rares, nous conseillons fortement de se déplacer en taxi ou en VTC - ou même à vélo, le long de la plage sur Miami Beach.

Miami Beach, c'est comme le Strip de Las Vegas: tout est là, il n'y a qu'à se balader et jeter des coups d'œil curieux à l'intérieur des halls d'hôtel - comme celui du Faena, mais il est interdit de prendre en photo les sublimes fresques qui habillent cette impressionnante salle aux colonnes rouge vif. Et ne manquez pas le squelette, sous verre, de mammouth recouvert de poudre d'or qui trône devant la plage de ce récent palace. Et, comme à Vegas, même si vous ne résidez pas dans ces hôtels, n'hésitez pas à venir profiter de leurs terrasses pour un verre ou de leurs restaurants gastronomiques.

Pour le shopping, aventurez-vous plus au nord, vers Bal Harbour Shops, un centre commercial en plein air. C'est l'un des lieux des Etats-Unis les plus prisés par les grandes griffes du luxe. Le groupe Four Seasons y a ouvert son nouvel établissement avec de sublimes chambres face à la mer. Son bar, le Surf Club, est l'une des rares réminiscences de l'époque des années 1920-1930 évoquée au début de ce texte. 

Et, si cette nostalgie du début du siècle vous séduit davantage que l'ADN des 80's, posez vos bagages de l'autre côté de la ville. A Coral Gables, quartier à l'architecture méditerranéenne situé dans les terres, le Biltmore Hotel se dresse comme l'un des derniers vestiges de l'âge d'or de Miami - la suite Everglades est surnommée suite Al Capone pour avoir fréquemment hébergé le célèbre gangster. Son mythique terrain de golf a accueilli la plupart des présidents américains depuis son ouverture, et sa gigantesque piscine ouverte continue de séduire les locaux et les touristes. 
Coral Gables et le Biltmore constituent un point de départ idéal pour partir explorer les alentours de Miami et ce qui constitue peut-être réellement le joyau de cette ville: les Everglades et les Keys.

Car, en Floride, le paradis a une adresse: Islamorada. Un nom dont les voyelles évoquent à elles seules l'aventure. Si un jour vous souhaitez fuir le tumulte de la métropole, louez une voiture et engagez-vous sur l'US Highway 1, surnommée l'«Overseas Highway». Filant sur une fine bande de terre, cette route vous transportera en moins d'une heure et demie au cœur d'un petit coin de terre idyllique. 

Oubliez Key West, qui nécessite le double de trajet pour cinq fois plus de monde: Islamorada possède quelques-unes des plus belles plages de Floride, cachées par une végétation encore intacte, et que se disputent les clients happy few de petits hôtels confidentiels. Comme The Moorings, établissement du Français visionnaire Hubert Baudoin qui a notamment servi au tournage de l'excellente série Bloodline diffusée sur Netflix.

De l'autre côté de la route, son restaurant et son bar, le Pierre's, permettent de profiter d'une parfaite quiétude sur une plage de sable blanc ponctuée de quelques palmiers. Sur le balcon de cette ancienne demeure de style colonial, le dîner se fait au rythme du coucher de soleil et du bruit des vagues. «Ici, finalement, il n'y a qu'un seul problème, confie un client venu de Miami, c'est qu'à un moment, il faudra bien repartir.»

(avec figaro.fr)

Dimanche 2 Septembre 2018
GL9News.com
Vu (s) 395 fois
Notez




Dans la même rubrique :
< >

Culture / Evènement | Europe | Gabon | France | Minceur | Management | Article Sponsorisé | News | Internet | Diaspora Gabonaise | Diaspora Africaine | Immigration | Diaspora - Infos Utiles | Infos Plus | Vie Etudiante | Interview | Affaire à Suivre | GL9NewsTV | GL9News.com | Transport | Voyages | Outil Gestion | Débat / Reflexion | Music Gabonaise | Music Africaine | Humour | News International | Sport International | Outil Création | Info Utile | Bricolage | Tribune Gabonaise | Réseaux sociaux | Shopping | Immobilier | Formation | Banques | Economie - Européenne | Carrières | Livres / E-Book | Tablettes











Comment gagner de l'argent sur internet ? Clé en main !

GL9News.com - 05/11/2018 - 0 Commentaire| Lu 379 fois |

Appareil anti ronflement Clip Air, l'espoir pour ceux qui souffrent de ronflements !

GL9News.com - 31/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 1861 fois |

FitMotivaction Ceinture de Sudation Abdominale en Néoprène

GL9News.com - 28/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 1611 fois |

Minceur Ceinture Vibrante,Brûler les Graisses,Perte Poids Massage

GL9News.com - 27/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 1577 fois |

Climatiseur Portable - Ventilateur USB Multifonction

GL9News.com - 13/07/2018 - 0 Commentaire| Lu 2167 fois |

5 Astuces pour gagner de l'argent avec les paris sportifs !

GL9News.com - 29/04/2018 - 0 Commentaire| Lu 4013 fois |

Présentation du produit : AbdoForte

GL9News.com - 26/04/2018 - 0 Commentaire| Lu 3729 fois |