Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bygmalion : Lavrilleux reconnaît le dérapage des frais de campagne de Sarkozy

[Info juste 7J/7 GL9News.com - Lundi 26 Mai 2014 - 3 Commentaires| Lu 1762 fois |

Le directeur de cabinet de Jean-François Copé, Jérôme Lavrilleux, a reconnu avoir « commis l’erreur de ne pas dire stop ». L'avocat de la société Bygmalion, Me Patrick Maisonneuve, a évoqué un système mis en place « à la demande de l'UMP » pour dissimuler des dépenses liées aux meetings du président-candidat Sarkozy.



L'affaire Bygmalion, c'est « l'affaire des comptes de campagne » de Nicolas Sarkozy, un montage organisé pour dissimuler les dépassements de frais du président sortant, selon Me Maisonneuve, l'avocat de la société. Lâchée comme une bombe, l'attaque vise directement l'UMP : Bygmalion se serait vu « imposer » des factures litigieuses « à la demande » du parti, assure l'avocat.

Evoquant des « fausses factures » puis de « vraies fausses factures », Patrick Maisonneuve estime à « plus de dix millions d'euros » les sommes litigieuses. Selon lui, des prestations liées aux meetings de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2012 étaient « indûment » imputées à des conventions facturées à l'UMP.

LA DIRECTION DU PARTI MISE EN CAUSE

« Bygmalion est prêt à l'assumer mais ne veut pas en porter la responsabilité », a-t-il déclaré. La société fondée par deux proches de Jean-François Copé, alors secrétaire général de l'UMP, a procédé à cet « habillage » sous la contrainte de la direction du parti. « C'était ça ou ils n'étaient pas payés », a dit Me Maisonneuve, qui a parlé de « chantage économique ».

Interrogé sur les responsables qui ont mis en place ce système, l'avocat a refusé de répondre, ajoutant « tout le monde le sait très bien » parmi les responsables de la campagne.

L'avocat a aussi tenu à relativiser les soupçons pesant sur Jean-François Copé :

« Personne n'a volé véritablement. On a dit que M. Copé se serait enrichi. Pour moi, ce n'est pas le cas, pas en tout cas du côté de Bygmalion. Bygmalion n'a pas financé M. Copé ni à titre personnel, ni sur le plan politique. Il s'agit d'autre chose, d'une autre histoire »

Selon une source judiciaire confirmant une information d'Europe 1, des policiers ont entamé une perquisition dans les locaux de l'UMP et ceux de Génération France, l'association politique de Jean-François Copé, seulement quelques minutes après la conférence de presse de Patrick Maisonneuve. Les locaux de Bygmalion, sis dans le 9e arrondissement de Paris, sont également en cours en perquisition.

ENQUÊTE PRÉLIMINAIRE DEPUIS LE 5 MARS


Rappelons les faits : l'UMP, déjà très endettée, n'a pu bénéficier du remboursement des frais de campagne de Nicolas Sarkozy, ceux-ci n'ayant pas été validés par la commission des comptes de campagne.

Or, Le Point puis Libération ont montré, preuve à l'appui, que le parti avait réglé des sommes très importantes – près de 20 millions d'euros – à la société de communication Bygmalion, dirigée par des proches du clan Copé. Surtout, certaines des prestations semblent tout simplement ne pas avoir existé.

Selon les informations du Monde, le parquet de Paris a ordonné, le 5 mars, une enquête préliminaire visant implicitement Jean-François Copé et les marchés obtenus par la société Bygmalion, en particulier sa filiale Events et Cie, durant la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy.


ÉTAU AUTOUR DE COPÉ

Si Jean-François Copé est visé par l'enquête, c'est à cause de ses liens avec les deux fondateurs de Bygmalion, Bastien Millot et Guy Alves. Les deux communicants ont notamment tous deux travaillé avec lui à la mairie de Meaux, dont M. Copé est maire, puis dans son cabinet lorsqu'il était ministre délégué au budget, entre 2004 et 2007.

Depuis plusieurs mois, le président de l'UMP est gravement mis en cause par cette affaire, une situation d'autant plus grave dans un contexte de défaite aux élections européennes de dimanche.

Plus tôt dans la journée, Le Monde a révélé que Jean-François Copé allait porter plainte contre X pour être entendu par les juges et communiquer les informations dont il dispose dans le dossier Bygmalion. Des initiatives qui « visent à desserrer l'étau autour de lui », selon un copéiste contacté par Le Monde.

lemonde.fr



Lundi 26 Mai 2014
GL9News.com
Vu (s) 1762 fois
Notez




1.Posté par AbdourahmaneDavidMartin le 26/05/2014 22:02 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et ces gens la, ca donne des lecons aux africains... Surtout ce type de Cope...

2.Posté par kango le 28/05/2014 19:39 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cope du n'importe quoi même toi tu as quand même chercher a vouloir t'accrocher a ton poste de president de l'u'm'p malgre le scandale quelle honte pitie va a la retraite et laisse fillon filer la presidence point barre

3.Posté par Ze Ortega le 31/05/2014 03:36 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au fait, à quand la traduction et l'envoi aussi à toute pompe à La Haye du bourreau-barbouse Sarkozy Nicolas, dit sarko-nico-cool, le bad-big-boy de la françafrique?

Nouveau commentaire :
Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Dans la même rubrique :
< >

Interpellation | France Archive