Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Gabon, Veolia et SEEG sont des esclavagistes, selon Marc Ona

l'info réelle 7J/7 - GL9News.com le Jeudi 4 Janvier 2018 à 09:06 | Lu 573 fois

L'activiste et écologiste gabonais Marc Ona Essangui, réagissant à l'énorme coupure de courant qui a plongé Libreville dans le noir au réveillon du Nouvel An, juste après les feux d'artifices du palais présidentiel, a déclaré le groupe français Veolia et sa filiale gabonaise SEEG à l'esclavage déguisé.



"Comment justifier une coupure de courant générale à 0h du matin quand les gens de Libreville saluent l'arrivée de 2018", demande Marc Ona.

"Peut-on imaginer une telle puissance générale coupée au milieu de Paris à ce moment précis?" L'activiste poursuit en affirmant que Veolia jouit depuis des années d'un monopole absolu dans la distribution d'eau et d'électricité au Gabon.

«Chers compatriotes, faisons de l'année 2018 l'année par excellence du contrôle citoyen de l'action publique, nous ne devons plus accepter l'esclavage alors que l'accès à l'eau et à l'électricité est un droit humain en plus du contrat qui nous lie à ces opérateurs» .

Pour chaque incident de son genre, l'entreprise n'a jamais imaginé une solution pour compenser ses clients. D'un autre côté, il est impitoyable d'interrompre la fourniture de ses services à des clients qui, pour une raison ou une autre, oublient de payer leurs factures. Ces mauvais clients ne sont généralement pas avertis.

Les méthodes mises en place pour la restauration des frontières de service interrompues sur l'humiliation. En plus des frais de coupure, le client est soumis à un parcours d'obstacles lui imposant de passer des heures à attendre pour rencontrer un manager et un autre moment de folie pour payer la facture.

Lors d'un récent séjour à Mandji, Gabonactu.com a connu une scène inhabituelle. Les agents de la SEEG basés à Mouila sont venus dans la petite localité pour suspendre l'approvisionnement en électricité de plusieurs abonnés et sont rapatriés à la hâte dans leur base de Mouila. Chaque victime a dû payer 16 000 FCFA pour le transport à destination et en provenance de l'agence pour payer son compte. Les résidents de Mandji disent que c'est une méthode classique pour les agents SEEG Mouila.

A Libreville, les plaintes des clients pour des factures d'eau fantaisistes sont récurrentes. Les clients qui visitent une agence sont invités à aller eux-mêmes photographier leur comptoir et à apporter la photo à un manager qui habituellement ne donne pas une tournure à son entreprise.

avec gabonactu

Jeudi 4 Janvier 2018
GL9News.com
Vu (s) 573 fois
Notez



Opposition | Société Civile | Communiqué | Economie | Réaction | Les syndicats / Grève | Divers | Education | Débat | Sport | Estuaire | Woleu Ntem | Ogooué Maritime | Haut Ogooué | Ngounié | Moyen Ogooué | Ogooué Lolo | Nyanga | Présidentielle