Connectez-vous S'inscrire
Infos Utiles...
Gabonlibre.com
GL9News.com
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ali Bongo Ondimba : « La stratégie de l’opposition est bâtie sur la haine »

[Info juste 7J/7 GL9News.com - Samedi 7 Mars 2015 - 26 Commentaires| Lu 3489 fois |

Ali Bongo Ondimba a déclaré, dans une interview exclusive accordée au journal Le Monde, que « La stratégie de l’opposition est bâtie sur le mensonge, la haine et la xénophobie ». Gabonews.com publie l’intégralité de cet entretien.



Le Monde : Manifestations, chantiers arrê­tés... Le Gabon est­-il en crise ?

Ali Bongo Ondimba (ABO) :

Non. Comme d’autres pays producteurs de pétrole, le Gabon subit la baisse des cours, mais nous avons fait des choix qui se sont avérés payants. Nous avons réduit notre dépendance au pétrole en diversifiant notre économie. Il faut transformer nos matières premières pour créer de la valeur ajoutée et des emplois. L’objectif est d’aller vers l’émergence du Gabon en 2025, à condition de mener des réformes et de créer un cadre attractif pour les affaires.

La dette a gonflé. Si l’Etat est mauvais payeur, comment attirer des investisseurs ?

ABO :

En 2014, nous avons payé environ 2 milliards d’euros de dette intérieure sans entamer notre programme d’investissements. Peut­-on alors parler de faillite ? Depuis mon arrivée en 2009, nous avons triplé le montant alloué aux investissements. Il ne fallait pas non plus laisser les Gabonais au bord de la route. Trente pour cent d’entre eux vivent dans la précarité. Cela demande donc des ajustements. La lutte contre la précarité et la réduction des inégalités sont essentielles.

Cette volonté de réduire les iné­galités est­-elle compatible avec des dépenses somptuaires ?

ABO :

Certains projets ont été différés au profit des programmes d’investissements humains. Ce sont des choix délibérés, non des abandons par manque de moyens.

Il y a eu des manifestations violentes en décembre 2014. Est­-ce le signe d’une radicalisation d’une partie de l’opinion ?

ABO :

Dans une démocratie, il est normal de voir des manifestations de temps en temps.

Mais la mort d’un manifestant a provoqué un grand émoi...

ABO :

On a tenté d’utiliser politiquement ce drame affreux et de le mettre sur le compte de l’Etat. Nous savions que la manifestation pourrait mal tourner. C’est pourquoi nous l’avions interdite. Je ne vois pas d’alternative ni d’autres programmes. Ces derniers temps, il s’agit davantage de trouver les moyens d’écarter Ali Bongo Ondimba plutôt que de proposer une alternative économique et sociale.

Que faire pour que la présidentielle de 2016 se déroule dans un climat apaisé et éviter les contestations de 2009 ?

ABO :

Nous avons pris des mesures pour que les élections soient beaucoup plus transparentes. Nous sommes passés à un système biométrique qui interdit aux gens de voter plusieurs fois. Cela a porté ses fruits puisque les dernières élections locales ou sénatoriales n’ont pas été contestées.

Mais l’opposition les a boycottées

ABO :

Non ! Seules les législatives ont été boycottées. Nous avons une des lois électorales parmi les plus rigoureuses. Mais là où il faut être clair, c’est que je ne laisserai pas le désordre s’installer !

Pierre Péan vous accuse d’avoir menti sur vos origines, d’être né au Biafra, de ne pas être le fils naturel de l’ancien président Omar Bongo Ondimba...

ABO :

L’opposition relaie ces accusations, mais cela n’a pas de portée. Elle a peur d’aller aux élections, donc elle cherche un moyen d’écarter le citoyen Ali Bongo Ondimba, de l’empêcher de se présenter à une élection en inventant toute une histoire ridicule, inexacte, fausse.

Alors pourquoi la polémique perdure-­t­-elle ?

ABO :

C’est aux accusateurs d’apporter la preuve de leurs affirmations. Je ne me préoccupe pas d’un problème qui n’existe pas. Je sais qui je suis. Ce qui est dangereux, en revanche, c’est de bâtir toute une stratégie sur le mensonge, la haine et la xénophobie.

Concernant les relations avec la France, vous avez connu le président Nicolas Sarkozy, et maintenant François Hollande. Notez­-vous une rupture ?

ABO :

Chaque homme a sa façon de faire. Mais le Gabon est un partenaire solide de la France dans la ré­gion. La France a des intérêts au Gabon, parmi les plus importants de ceux qu’elle détient en Afrique. Ce que nous souhaitons c’est développer et enrichir ce partenariat, mais de manière différente par rapport au passé, sur une base gagnant-gagnant.

Le groupe djihadiste Boko Haram a attaqué votre voisin le Cameroun, quel rôle le Gabon peut-­il jouer ?

A Yaoundé, début février, la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale [CEEAC], a décidé de soutenir le Tchad et le Cameroun, conformément au pacte d’assistance mutuelle de la CEEAC. Ce soutien peut prendre la forme de l’envoi de troupes, comme le fait le Tchad, ou autre chose. Nous étudions comment soutenir les efforts de nos frères placés en première ligne.

Existe­-t-­il un risque de débordement au Gabon ?

ABO :

La question du fondamentalisme est à prendre très au sé­rieux. Nous avons vu beaucoup de terroristes, rebelles ou braconniers parler les uns avec les autres. La grande criminalité transnationale regarde toutes les activités possibles de trafics. Et ces ressources-­là peuvent aussi, demain, servir les terroristes. Nous nous sentons attaqués. La sous­-région se sent attaquée. Si demain, Boko Haram emporte des succès au Cameroun, il ne s’arrêtera pas là.

Source : Le Monde

Samedi 7 Mars 2015
GL9News.com
Vu (s) 3489 fois
Notez



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

26.Posté par zedicus le 18/05/2015 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A écouter ce nigérian on comprend qu'on ne peu pas attendre grand chose de lui. L'arrogance, l'amateurisme, l'incompétence sont la marque de fabrique de cet expatrier au pouvoir dans notre pays. La seule façon d'arriver à une alternance au Gabon, c'est d'utiliser les mêmes méthodes qu'eux pour éliminer leurs adversaires politiques. ça ne sert à rien de lutter avec un régime aussi machiavélique que le pdg, si l'on n'utilise pas des grands moyens, il est tant d'aller jusqu'au sacrifice ultime. N'aillons pas peur, l'heure n'est plus aux discours et au dialogue, il faut lutter et donner nos vies pour libérer le Gabon. Ne craigner pas l'armé, ses derniers louent dans nos maisons et buvons dans les mêmes bars, on fréquente avec leurs enfants dans les mêmes écoles et prions dans les mêmes églises. C'est donc vous dire que nul n'est à l'abris. Si le prix à payé nécessite qu'on se déchire entre nous pour prendre un nouveau départ, il est temps. Ne dit-on pas qui prépare la paix, prépare la guerre? l'alternance politique par voie des urnes est un gros mensonge!

25.Posté par Bitang le 08/03/2015 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ozangué vient de dire quelque de très important. Les journalistes français sont des véritables girouettes; ils font la pluie et le beau temps. Par leur désinformation, ils sont capables de faire élire un cochon à la tête d'un pays. Je n'ai pas besoin de citer d'exemple.Nous en connaissons un. Ne rentrons donc pas dans leur jeu; notre seul mot d'ordre est de chasser Ali Bongo et Ancrombessi hors du Gabon.

24.Posté par Ozangue le 08/03/2015 11:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
moi ce qui m'etonne c'est que le Journal le Monde ne lui ait pas demander des explications sur le 2ieme faut actes de naissances ainsi que les photo photoshopes qu'il ont recemment publies pour le compte de la presidence gabonaise. C'est a croire que ces journalistes francais qui sont d'habitudes tres perpicaces et incisives face aux politiciens sont de connivance avec BOA. Meme le journaliste d'Africa24 a ete plus impartial et professionelle dans ses questions que celui qui a discuter avec BOA dans cette interview.
Le Monde=Jeune Afrique= journaux corrompus par ali

23.Posté par lalas le 08/03/2015 06:17 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et puis Ali kan tu parle de 2016,tu a déjà un acte dé naissance autentik ou tu va présenté cette fois ci un acte de naissance établi par le maire de 10è arrondissement dé bongoville.

22.Posté par lalas le 08/03/2015 06:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ali laisse le pouvoir ça te depass,tu pensais k etre président de la republik çè voyagé ds l''avion présidentiel,tu nè k''un anamateur,AMO avè raison.

21.Posté par Tim le 08/03/2015 01:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est du Ali Bongo dans cette interview: Le vide cosmique!
la fuite en avant permanente! En résumé L'HOMME est ZEROOOO!

20.Posté par Teddy le 08/03/2015 00:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ARRÊTE DE PLEURNICHER ET DÉGAGE , SALE MENTEUR , EN 6 ANS QU'A TU FAIS DE CONCRET POUR LE GABON SOIT DISANT ÉMERGENT ,?????? RIEN , ZÉRO , VOUS LES BONGO ON VOUS CONNAIT , JUSTE BON A PILLER LE GABON COMME L'A FAIT TON PÈRE .

LA HAINE C'EST VOUS LES BONGO QUI L'AVEZ POUR LE GABON ET LES GABONAIS POUR OSER TRAITER CE PAYS ET CE PEUPLE COMME VOUS LE FAITES ; UN PAYS QUI VOUS A TOUT DONNE ET QUI N'A RIEN REÇU DE VOUS EN RETOUR ( PAS D' INFRASTRUCTURES DIGNE DE CE NOM .

19.Posté par N'Nsa le 07/03/2015 21:30 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Entre autre, la haine... Rien de plus normal avec ce que «l'énervance» nous offre : Les crimes rituels, La corruption, L'homosexualité etc...
... Alors face à tout ces maux, tout être normalement constitué ne peut qu'afficher de la haine.

18.Posté par N'Nsa le 07/03/2015 21:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le mot xénophobie sort que parce-que Ali [de manière inconsciente] reconnait qu'ils (lui et Accrombessi) sont bel et bien "étranger". Et comme on le dit souvent au pays - Qui se sent viser s'accuse.

17.Posté par N'Nsa le 07/03/2015 21:27 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ali Bongo vient de se traillir. Pour moi les choses sont simple:
- Si un citoyen dénigre un autre citoyen ( cad son compatriote). Je ne pense pas que celui qui est visé qualifiera l''autre de «zénophobe».

16.Posté par nkembo le 07/03/2015 17:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ali,tu es le président de tous les gabonais mais de grâce. Si tu es un homme normal,conscient laisse Accrombessi partir. Il est en grande partie la raison de ce que tu appelles haine.

15.Posté par Ontete le 07/03/2015 15:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La question de fond serait: pourquoi avoir presente un acte de naissance frauduleux alors que vous deteniez le vrai?Et pourquoi avoir fait etablir un acte de naissance recemment a Brazzaville quand on sait qu''il peut le trouver facilement a Nantes?

14.Posté par latysha mengue le 07/03/2015 15:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le vrai proble avec ali c''est qu''il n''ecoute peesonne ,il se croi intéligent et qe prend mal,au temps de son soit dosant père il n''y avait pa autant de meutre au gabon mais a l''heure actuelle ,il ne passe plus une semane san k''on ne retrouve des mort

13.Posté par NEM le 07/03/2015 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La dernier paragraphe annonce clairement l'arrivée facile de Boko Haram au Gabon avec la complicité des dirigeants de ce pays. Analysez bien ce paragraphe. L'Etat camerounais peut faire des révélations à propos d'une conspiration de financement de ces terroristes par les dirigeants gabonais. Ce dossier reste pour le moment "secret défense". D'ailleurs le Gabon n'est pas encore inscrit dans la liste des pays engagés pour lutter contre Boko Haram. Cela veut tout dire.

12.Posté par NEM le 07/03/2015 15:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si "la stratégie de l'opposition est bâtie sur la haine", aviez-vous posé la question de savoir: pourquoi? Et qui vous a dit ça?
Un proverbe gabonais dit : "C'est souvent le malade des genoux qui propose la bagarre au guérisseur au lendemain des soins intensifs".
C'est ridicule pour un Chef d'Etat de prêter des intentions de haine à ses opposants lorsque le peuple lui même manifeste de la haine vis-à-vis de lui. Les populations souffrent et rien ne va dans le pays. C'est de cela qu'il est question.

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

NOUVEAU ! NOUVEAU ! Petit moteur de recherche de produit sur chaque mot souligné de nos articles, faites un test c'est gratuit !

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Europe | Management | France | Music People | Articles Sponsorisés | Culture / Evènements | News | Annonces | Diaspora Gabonaise | Diaspora Africaine | Immigration | Diaspora - Infos Utiles | Infos Plus | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Interview | Affaire à Suivre | GL9NewsTV | GL9News.com | Transport | Voyages | Outil Gestion | Débat / Reflexion | Music Gabonaise | Music Africaine | Humour | News International | Sport International | Outil Création | Info Utile | Bricolage | Tribune Gabonaise | Réseaux sociaux | Shopping / E-Book | Immobilier | Formation | Banques | Economie - Européenne